/news/politics

La CSQ exige la reprise des tests de qualité de l’air dans les écoles

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ), qui représente près de 125 000 membres du personnel de l'éducation, exige «dès maintenant» la reprise des tests de qualité de l’air dans les écoles.

• À lire aussi: Qualité de l’air dans les écoles: Roberge modifiera les tests l'an prochain

• À lire aussi: Régions chaudes: les élèves du primaire de retour sur les bancs d’école avant les ados

• À lire aussi: Des ventilateurs achetés pour rien

Pour la présidente de la CSQ, Sonia Ethier, «reporter les tests l'an prochain enverrait un très mauvais signal sur la santé et la sécurité alors que le personnel scolaire et des milliers d'élèves vivent quotidiennement avec l'incertitude concernant la qualité de l'air», peut-on lire dans un communiqué publié vendredi.

Selon le syndicat, la période estivale est «idéale, et même logique», pour procéder à des travaux de correction conformes aux normes approuvées par la Santé publique, dans les établissements qui disposent d’une mauvaise aération.

«Le dossier de la qualité de l'air et de la réalisation de tests à grande échelle a été bâclé», a déploré Mme Ethier, évoquant les révélations de Radio-Canada, jeudi, sur de nombreuses irrégularités dans les tests effectués cet hiver dans les établissements.

Moniteur numérique de CO2

Photo courtoisie

«En proposant de reporter les tests à l'an prochain, le ministre de l'Éducation envoie le message que la santé et la sécurité ne sont pas une priorité. Non seulement c'est inacceptable, mais c'est surtout illogique, surtout en considérant que la période estivale pourrait servir à apporter des correctifs», a-t-elle ajouté.

Elle estime que le gouvernement «possède dans ses mains toutes les données et les informations disponibles sur les dangers liés à la mauvaise qualité de l'air dans les écoles» pour agir «dès maintenant».