/news/society

La prison de Chicoutimi va renaître

Un gros projet va permettre de faire renaître le site de l'ancienne prison de Chicoutimi, à Saguenay.

• À lire aussi: Mort de Daunte Wright: une policière arrêtée et inculpée

• À lire aussi: Prison à vie pour avoir poussé quelqu’un devant un métro

• À lire aussi: Le Québec est la seule place où il est permis de casser des vitres

Comme TVA Nouvelles l'avait avancé mardi, l’endroit deviendra le Centre de santé l'équilibre du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

«On a essayé de le vendre», a dit vendredi la ministre responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest.

«La Société québécoise des infrastructures (SQI) a fait plusieurs visites, plusieurs promoteurs, a-t-elle poursuivi. Et quand les gens considéraient les montants de la démolition, il y a l'amiante, mais on parle aussi du côté patrimonial. Les montants pour la démolir étaient beaucoup trop élevés.»

Le Centre de santé l'équilibre, c’est un projet de 11 millions $. La bâtisse sera gérée par Hébergement Plus, un organisme en lien avec l’Office municipal d’habitation (OMH) de Saguenay.

Les services d'aide avec 48 unités seront dispensés à des centaines de personnes chaque année par l'Association canadienne en santé mentale (ACSM) qui y regroupera ses deux maisons de transition et d'hébergement et ses 62 employés.

«Ça fait huit ans qu'on travaille là-dessus, a précisé le directeur-général de l’ACSM à Saguenay, Christian Morin. Et avec ce qu'on a actuellement comme ressources, ça ne répondait plus du tout à nos besoins. Il fallait se relocaliser. On ne pouvait pas y échapper.»

Tous les services seront liés à la santé mentale avec une clientèle judiciarisée en partie.

«Les gens se rendent à l’urgence et ils sont en situation de crise, a ajouté la ministre Laforest. On donne une prescription ou une recommandation de consulter, soit un travailleur social, soit un psychologue. Après cela, qu'est-ce que la personne fait? C'est là qu'il fallait agir. C’est là qu’on agit, ici.»

La majeure partie du bâtiment de plus de 90 ans sera démolie. Les photos intérieures prises lors d'une visite récente de la ministre démontrent l'état des lieux délaissés depuis plus de cinq ans.

Le centre reconstruit aura la même superficie que l'édifice actuel en axant sur le cachet historique, car la section de l'entrée en façade sera conservée.

«On disait que c'était important de garder l'entrée principale. La porte. Mais on est allé beaucoup plus loin. Moi, je voulais garder le plus possible de la devanture», a tenu à dire Andrée Laforest.

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, qui assistait à l’annonce, se réjouit de ce souci historique.

«La prison a quand même un aspect patrimonial très important, a déclaré Mme Néron. Je ne peux pas parler au nom du comité de démolition. Ils s'attendaient que l'on garde l'entièreté de la façade. Quand je regarde le projet qui a été déposé, on est entièrement au rendez-vous.»

Les travaux de démolition devraient commencer en juin prochain. Ça représente un vrai défi avec la présence d'amiante dans ce bâtiment. L'ouverture du nouveau centre est prévue quelque part au milieu de 2022.

En plus de Québec, Ottawa et Saguenay participent au financement de ce projet.