/regional/quebec/quebec

Ottawa fait un pas de plus vers le rachat du pont de Québec

pont de Quebec

Photo d’archives

Le gouvernement fédéral fait un pas de plus vers le rachat du pont de Québec en prolongeant le mandat de négociateur de l’homme d’affaires Yvon Charest. 

C’est ce que la ministre de l’Infrastructure Catherine McKenna a confirmé vendredi en fin d’après-midi par voie de communiqué de presse en évoquant «une étape majeure vers la restauration du pont de Québec». 

«Après un examen complet, le gouvernement annonce aujourd’hui qu’il a décidé de prolonger le mandat de M. Charest de négocier avec le CN et le gouvernement du Québec afin de conclure une entente de principe où le gouvernement fédéral pourrait rapatrier le pont sous sa responsabilité», y lit-on. 

On ajoute que «toute entente conclue exigerait des contributions financières qui reconnaissent les obligations de tous les partenaires et un partage équitable des coûts d’entretien du pont à court, moyen et long terme. 

Cité dans le même communiqué, le ministre Jean-Yves Duclos a mentionné que «nous franchissons une étape majeure vers une résolution définitive en confiant au négociateur un mandat clair pour négocier le transfert de propriété avec indemnisation adéquate.» 

Dans le communiqué d’Ottawa, on ne précise toutefois aucun échéancier pour le mandat de M. Charest. Comme des négociations devront être entamées avec tous les partenaires, aucune somme n’est communiquée quant aux coûts de peinture et d’entretien de l’infrastructure.   

Dans une première réaction, Régis Labeaume a parlé «d’une excellente nouvelle. Yvon Charest a la tâche de ramener le pont de Québec sous la responsabilité du fédéral et Yvon avait un plan. Yvon Charest a l’appui total de la Ville de Québec pour l’aider à réussir». 

D’après lui, «si ça ne se passe pas cette fois, je ne sais pas comment on va y arriver plus tard. On a le bon gars». Le maire de Québec a également glissé que «le gouvernement fédéral aurait avantage à régler ça avant la prochaine élection (fédérale)». 

Rapport Charest

Dans son rapport, révélé en septembre 2020 par le Journal et jamais rendu public, M. Charest a justement préconisé le rachat de la structure patrimoniale plus que centenaire par Ottawa.  

Selon le scénario qu’il privilégiait, la peinture et l’entretien de l’infrastructure coûteraient 784 millions$ sur 25 ans.

En août 2019, Yvon Charest a été nommé pour la première fois comme négociateur dans ce dossier. À l’époque, il devait discuter avec toutes les parties pour déterminer la meilleure issue à la saga du très rouillé pont de Québec.