/finance/homepage

Récolte additionnelle de 11G$ par an via le taux d’imposition mondial minimum

Bloc économie épargne argent

Illustration Fotolia

Si les multinationales payaient leur « juste part » d’impôt au Canada, le pays pourrait facilement récolter 11 milliards de dollars additionnels par année, soit plus de la moitié du budget de l’Éducation au Québec. 

C’est ce qu’indique une étude publiée en début de semaine par des experts en taxation de l’Université Charles de Prague et relayée par l’organisme Canadiens pour une fiscalité équitable. 

« Nous montrons clairement comment un taux d’imposition mondial minimum de 20 à 30 % augmenterait considérablement les recettes de tous les pays que nous avons étudiés, à l’exception des pires paradis fiscaux », a déclaré Alex Cobham, qui est coauteur du rapport ainsi que directeur général de l’ONG Tax Justice Network. 

Le plan s’inspire de nul autre que le gouvernement américain du président démocrate Joe Biden, qui a récemment proposé à l’OCDE et au G20 un taux d’imposition mondial minimum de 21 % sur le profit réalisé par les multinationales, y compris les géants du numérique.

Lors de la campagne électorale qui l’a reconduit au pouvoir en 2019, le premier ministre Justin Trudeau avait promis de taxer les géants du numérique à hauteur de 3 %. Cette taxe « GAFA » se fait toujours attendre. 

Lutter contre l’évasion fiscale

L’économiste Toby Sanger, de Canadiens pour une fiscalité équitable, fait remarquer qu’il est grand temps que le Canada prenne au sérieux la question de l’évasion fiscale internationale des entreprises.  

« Les plus grandes sociétés du monde et leurs PDG s’enrichissent de plus en plus, tandis que le Canada perd plusieurs milliards de revenus chaque année et que nos entreprises et nos travailleurs en souffrent », dit-il. 

L’ONG Tax Justice Network a calculé en novembre dernier que l’évitement fiscal des entreprises multinationales coûterait à l’ensemble des pays du globe la rondelette somme de 310 milliards de dollars par an.