/news/faitesladifference

Confiné loin des siens

Montréal... ville tricentenaire évocatrice de souvenirs grandioses à l’échelle planétaire, mégalopole, championne de la diversité culturelle, bientôt ville intelligente, disposant des ressources nécessaires à cette inévitable transition. Montréal... c’est tout cela. Bien plus encore.

Le montréalais en 2021, à 17 h, appréhende désormais le point de presse de ses dirigeants. Le jeu de yoyo : confinement, déconfinement, reconfinement, a fini d’user sa patience, bouleverse son quotidien généralement paisible et accueillant.

Le plus intrépide gagne les rues, manifeste, tape du pied sous les yeux ravis des anti-masques baptisés à tort ou à raison : les complotistes. Il affirme lutter pour défendre sa liberté, sa vie. Le policier a du pain sur la planche et le modéré, inquiet, se demande : que sont devenus le calme et le respect, principes fondateurs de toute démocratie fonctionnelle ?

Après la manif, celui qui ne s’est pas fait interpeller rentre chez lui pour faire un compte-rendu épique de la situation aux membres de sa famille pendus à ses lèvres et promet de ne pas lâcher jusqu’à ce que...

Lourde bureaucratie  

Un autre devra rentrer seul, chaque jour, juste avant le couvre-feu. Il est seul non par amour de la solitude ou par choix, il l’assumerait. Il est seul parce que depuis plusieurs hivers maintenant il attend le verdict de l’immigration pour récupérer sa famille et donner finalement un sens à sa vie. Il a beau essayer de revoir les siens, mais se heurte à chaque fois aux aléas : bureaucratie !

Et, désormais confiné, seul, il éprouve non cette peur de mourir qui n’épargne personne en cette période troublée, mais celle, plus grande encore, de mourir loin des siens. De ne pas pouvoir les revoir, les bercer une dernière fois avant que la pandémie ne l’emporte si jamais il n’est pas encore listé pour recevoir sa dose.

Entre l’équilibre et la dépression  

Mon opinion peut paraître saugrenue pour l’autre qui estime qu’on a mieux à faire pour combattre la pandémie que de s’occuper de familles immigrantes. J’espère qu’il réalise que pouvoir bercer son enfant, étreindre sa moitié constituent la plus grande richesse de l’Humain, le dernier rempart entre l’équilibre et la dépression.

Puisqu’il faut trouver un coupable, on accuse ce dirigeant, on l’invective, même si au fond de soi on sait qu’il n’y est pour rien, qu’à sa place on prendrait les mêmes mesures pour lutter contre ce fléau qui s’installe sans invitation dans nos vies pour les transformer de manière irréversible, qu’au regard de ce qui se passe dans le grand monde, il ne leur reste pas beaucoup de choix.

Je partage mon opinion avec ce Montréalais qui croit en la capacité du grand Montréal d’innover dans cette pandémie et de montrer la voie aux autres villes à genoux. À tous ceux qui croient que nous avons une génération multitâche, capable de s’occuper de tous les dossiers en même temps, puisqu’à l’évidence la COVID serait là pour durer.

Enfin à ces milliers d’immigrants, confinés seuls, avec cette peur de mourir loin des leurs.

Jean Willer Marius

Enseignant

Gatineau

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?