/news/currentevents

Femme heurtée gravement par un véhicule: pas d’accusations contre les policiers impliqués

FD-ACCIDENT SPVM RUE SHERBROOKE

MARC ALAIN TRUDEAU-AGENCE QMI

Après analyse, le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a conclu vendredi que ce n’est pas une autopatrouille qui aurait heurté une dame, le 17 novembre 2018, mais le véhicule fuyard. Les policiers impliqués dans l’incident ne seront donc pas accusés. 

• À lire aussi: Tuée après avoir demandé l’aide de la SQ: pas d’accusation contre les policiers impliqués

• À lire aussi: DPCP: les procureurs demandent de mettre fin à l’intérim de Me Martinbeault

• À lire aussi: Un rassemblement illégal de 12 personnes interrompu à Montréal

Vers 11 h samedi matin, un homme se désignant comme «citoyen souverain», un groupe qui ne reconnaît pas l’autorité de l’État, a refusé de se ranger sur le côté de la route à la demande d’un policier.

L’individu aurait accéléré pour tenter de les semer, mais il a aussitôt été pris en chasse par des agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). La poursuite s'est déroulée sur une distance de plus de 4 km.

Durant cette course, selon les informations transmises à ce moment par le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), le suspect aurait percuté une autopatrouille, qui est allée heurter une femme sur le trottoir. Elle aurait été gravement blessée. Le policier passager de l'autopatrouille du SPVM impliquée dans la collision finale a subi quant à lui des lésions corporelles.

Toutefois, des analyses comparatives, faites par un expert, d'un morceau du pare-brise fragmenté du véhicule fuyard et de la fourrure synthétique du capuchon du manteau de la femme heurtée, jumelées à la preuve pertinente au dossier, permettent de conclure que c'est bien le véhicule fuyard qui a heurté la femme.

Des accusations ont été portées contre le conducteur du véhicule fuyard, et ce dernier a été trouvé coupable de conduite dangereuse à la suite d'un procès qui s'est tenu devant un jury.