/news/coronavirus

Frontière Québec/Ontario: une mesure qui a trop tardé

Tant les Québécois que les Ontariens auraient aimé que la frontière entre les provinces soit fermée plus tôt. 

• À lire aussi: Ontario : « la médecine de tente » bientôt une réalité

• À lire aussi: Fermeture de la frontière Québec-Ontario: un défi logistique

• À lire aussi: L'Ontario fermera ses frontières dès lundi

En raison de la gravité de la situation, plusieurs personnes résidant aux frontières des deux provinces croient que la mesure aurait dû être implantée plus rapidement. 

«Ça ferme, ça ouvre, ça ferme, ça ouvre, je crois que c’est une bonne chose», a affirmé une résidente de Hawkesbury en entrevue à TVA Nouvelles. 

Pour une autre femme, qui explique avoir des membres de la famille de l’autre côté de la rivière des Outaouais, la mesure aurait dû être implantée «dès le début».

Un autre résident a déploré la lenteur avec laquelle s’est prise la décision, soutenant que les frontières auraient dû être fermées dès que les cas ont commencé à augmenter.

Mais devant la flambée des cas en Ontario, plusieurs blâment Québec de ne pas avoir agis assez rapidement. 

«Il est trop tard parce que là, c'est déclenché», juge un homme.

«Il aurait été préférable d'être plus sévère au début», ajoute une femme.

De plus en plus d’hospitalisations  

Bien que l’Ontario ait recensé une légère baisse du nombre de cas, les hospitalisations sont en très forte augmentation, avec 2065 patients enregistrés samedi.

«Dans mon hôpital, pendant la nuit on a admis dix nouveaux cas, c’était 20 nouveaux cas dans l’hôpital pas loin de chez nous, et c’est beaucoup de jeunes», a ainsi précisé le Dr Jérôme Leis, directeur médical de la prévention et du contrôle des infections, de l’hôpital Sunnybrook, à Toronto.

«On avait plusieurs admissions de patients dans la vingtaine. Ils arrivent en détresse respiratoire, donc ils ont besoin d'oxygène. Et souvent en plus de l'oxygène, ils ont besoin d'un ventilateur», poursuit le Dr Leis.

Le docteur a par ailleurs soutenu que la province pourrait franchir la barre des 1000 cas aux soins intensifs d’ici les trois prochaines semaines.

Les terrains de jeu ouverts 

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a par ailleurs indiqué samedi qu'il allait amender le règlement pour permettre l'ouverture des terrains de jeu dans la province.

«Les restrictions ont toujours été pensées dans le but de mettre fin aux rassemblements où il y a un risque de contamination», a écrit M. Ford sur Twitter.

«Nos règlements seront modifiés pour autoriser les terrains de jeux, mais les rassemblements à l'extérieur seront toujours surveillés», ajoute-t-il en demandant aux parents de respecter la distanciation et de porter un masque si ce n'est pas possible de le faire.