/finance/homepage

Les débardeurs du Port de Montréal votent à 99,31% pour la grève

Photo d'archives, Agence QMI

Sans contrat de travail depuis 2018, les débardeurs du Port de Montréal viennent de refaire la démonstration de leur forte mobilisation.

• À lire aussi: Grève des débardeurs : le milieu des affaires de plus en plus inquiet

Affiliés au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), ces derniers ont renouvelé leur mandat de grève dans une proportion de 99,31 %. En février dernier, la même option avait recueilli l’appui de 98,12 % des syndiqués.

« Ça donne des ailes et énormément d’encouragement à l’équipe de négociation, a réagi le représentant du syndicat des débardeurs, Michel Murray, lorsque contacté par Le Journal. C’est absolument grisant d’œuvrer pour des travailleurs qui nous accordent une telle confiance. »

Un vote de grève est valide pour 60 jours. Tous les deux mois, les membres sont consultés afin de renouveler leur mandat de grève. Ce mandat autorise leurs représentants à déclencher la grève à tout moment, moyennant un préavis à l’employeur de 72 heures.

Suspension de rémunération

Hier, l’Association des employeurs maritimes (AEM) a refusé de commenter la situation. Même chose du côté de l’administration du Port de Montréal qui, par la voix de sa porte-parole, a rappelé n’entretenir aucun lien contractuel direct avec les débardeurs.

Les 1115 débardeurs du Port de Montréal sont payés de 115 000 $ à 120 000 $ par année en moyenne. Ils réclament plus de congés, une révision de leurs disponibilités au travail et une meilleure conciliation travail-famille. 

Les négociations ont achoppé l’été dernier, après 22 jours de grève. Le 21 mars dernier, au terme d’une trêve de sept mois souhaitée par toutes les parties, l’offre de l’employeur a été rejetée dans une proportion de 99,7 %. 

Les négociations ont repris depuis, en présence des médiateurs. Mais en réponse à une suspension par l’AEM de certaines conditions de rémunération, le syndicat a entamé une « grève partielle ». Les heures supplémentaires ont été suspendues, et à partir de maintenant, les débardeurs ne travailleront plus les samedis et les dimanches. 

La tension monte. Inquiets, les représentants des milieux patronaux ont réclamé en bloc, mardi, l’« intervention immédiate » de la ministre fédérale du Travail, Filomena Tassi, afin d’éviter que la situation ne dégénère davantage.