/regional/quebec/chaudiereappalaches

Manifestation contre les règles sanitaires en Beauce

Des citoyens de la Beauce en ont plus qu’assez qu’une minorité de leur population les fasse passer pour «des imbéciles», alors qu’une manifestation antimasque a réuni plus de 400 complotistes samedi.

• À lire aussi: COVID-19: Tendance à la baisse à Québec

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Masque sous le nez ou non réglementaire – les rares fois où il était présent –, les manifestants qui s’opposaient à la «plandémie» ont parcouru un circuit de quelques kilomètres à Saint-Georges. 

Des dizaines de policiers de la Sûreté du Québec (SQ) étaient sur place pour encadrer la manifestation, qui se voulait pacifique. Mais dès le début de celle-ci, un homme a été arrêté par les autorités pour une raison qui reste à éclaircir. Plusieurs constats d’infraction ont également été remis.  

Les marcheurs, qui dénonçaient une «fausse pandémie», invitaient au boycottage des médias. L’auteur de ces lignes a d’ailleurs été approché par plusieurs d’entre eux, qui l’ont sommé de «dire la vérité».

Rappelons que le ministre Dubé était de passage dans la région plus tôt cette semaine et qu'il a qualifié les Beaucerons de «tête dure», alors que la région devenait l’épicentre de la pandémie au Québec.  

«Des imbéciles »  

«On nous raconte des mensonges par-dessus mensonges. On sait tous que [les mesures] ne servent à rien», a lancé Chantale Giguère, coorganisatrice de la marche.  

Or, les propos tenus par Mme Giguère et son groupe sont loin de faire l’unanimité à Saint-Georges. Le Journal l’a d’ailleurs constaté lorsque des citoyens sont sortis de leur maison pour invectiver les manifestants, affirmant que c’était de leur faute si la Beauce était durement touchée. 

«C’est une infime partie des gens qui font passer la majorité pour des imbéciles», déplore Robert Maurais, rencontré un peu plus tard à quelques rues de la manifestation. 

«Ça m’exaspère de voir ça [la manifestation]. Ils vont se rendre compte de leur erreur quand [la COVID-19] va frapper à leur porte», souligne pour sa part Nicole Drouin, une autre citoyenne.  

Mauvaise image  

Le maire de Saint-Georges, Claude Morin, déplore que cet événement donne une mauvaise image de sa ville, alors qu’une bonne partie des participants venait d’ailleurs, selon lui.  

«Des citoyens m’ont appelé directement pour me demander de l’interdire, mais on ne peut pas faire ça», explique-t-il.  

«Je comprends les gens qui sont sortis de chez eux [pour invectiver les manifestants]. Tout le monde est écœuré, on a hâte de revenir à la vie normale», poursuit le maire.  

D’autres manifestations du genre avaient lieu hier, notamment à Montréal, à Drummondville, à Sherbrooke et à Chicoutimi.