/news/society

Des touristes un peu trop à l'aise à Châteauguay

Des résidents d’un quartier près de l’île Saint-Bernard, à Châteauguay, se plaignent des touristes qui profitent de leur espace et qui laissent derrière eux des traces de leur passage.

• À lire aussi: Mise en valeur du secteur des plages à Sept-Îles

• À lire aussi: 3,6 M$ pour aider les entreprises touristiques de Québec

• À lire aussi: Une coalition veut mettre le CISSS de la Montérégie-Ouest sous tutelle

Les résidents de la Rive-Sud de Montréal ont bien en mémoire les événements survenus l’été dernier en Gaspésie, où des campeurs avaient laissé les plages et les parcs dans un état pitoyable. Ils ne souhaitent ainsi pas vivre le même cauchemar durant la saison estivale.

L’été n’est pas encore commencé que déjà, lors des belles journées, plusieurs visiteurs stationnent leur voiture sur les terrains privés du chemin D’Youville lorsque le stationnement public est complet. Ils utilisent aussi ces terrains comme passage pour accéder à la rivière Châteauguay.

Des résidents qui se plaignent de la situation depuis quelques années ont témoigné du fait que les touristes allaient dans leur cour pour profiter de leurs installations. Par exemple, des touristes ont déjà été aperçus en train d'utiliser le quai d'un résident pour pêcher ou encore une table de pique-nique pour terminer un repas. D'autres ont indiqué que certains d'entre eux installent parfois leur tente pour faire du camping dans les cours.

Parmi eux se trouve Jacques Lacourse qui est frustré par le manque de respect des touristes envers ceux qui habitent l’endroit.

«Il n'y a pas tellement longtemps, un 4x4 [s’est arrêté] sur le gazon [pour] débarquer la famille. Et quand je suis allé le voir, il n'était pas content. [Il a décollé] la pédale au fond, le gazon [a revolé] tout partout», raconte-t-il. 

«Monsieur a passé sur l'asphalte, entre les deux propriétés. La famille a débarqué, ils ont mis les assiettes sur la table, le camion sur le gazon, des papiers tout partout... Ils s'étaient installés pour manger, eux autres» dénonce M. Lacourse. 

Le problème s'est également déplacé un peu plus loin, près du parc Joseph-Allard du lac Saint-Louis.

«Les autos sont stationnées sur les deux bords. Donc, il y a des endroits où tu ne peux même plus passer. On se demande même comment les services d'incendie pourraient passer s'il y avait une urgence», indique un autre homme.

«Juste de l'autre côté, c'est supposé être protégé et géré par Héritage Saint-Bernard, indique un autre résident. C'est un milieu sensible, les gens allaient faire leurs besoins, laisser leur papier de toilette là.»

«Des fois, il y a des gens qui jettent des couches de bébé, il y a des amas de couches de bébé», explique une femme. 

Exaspéré, le maire Pierre-Paul Routhier est grandement préoccupé par la situation.

Si bien qu'il dénonce le fait que certaines personnes lancent toutes sortes de choses à l’eau, qu’ils abusent des propriétés privées et qu’ils utilisent certaines des propriétés pour faire leur besoin.

Le maire entend agir pour faire en sorte que la situation ne dégénère pas.

«On va faire en sorte que cette partie-là soit intégrée au parc qui est derrière. On n'aura pas de policiers sur place 24 heures par jour durant les fins de semaine, mais la ville va se réserver la possibilité de pouvoir engager une firme de sécurité externe aussi», dit-il.

Reste qu'à l'aube de l'été, les résidents s'inquiètent de la suite des choses.