/news/coronavirus

Des bouchons monstres pour passer de Gatineau à Ottawa

Des automobilistes ont dû patienter jusqu’à deux heures lundi matin pour traverser la rivière des Outaouais de Gatineau à Ottawa en raison des contrôles routiers, mais leur retour a été beaucoup plus facile en fin de journée.

• À lire aussi: Télétravail: la grande dispersion des fonctionnaires fédéraux

• À lire aussi: Fermeture de la frontière: sa mère laissée seule à Ottawa

Devant ces retards qualifiés de «sans précédent» par le Service de police d’Ottawa et du fait que cette situation mettait du coup la sécurité publique en jeu, les patrouilleurs présents aux points de contrôle ont vite cessé les vérifications individuelles en matinée pour faciliter la libre circulation des véhicules.

«Nous comprenons la frustration des automobilistes, mais nous leur demandons patience et collaboration. Nous sommes à revoir le plan en place dans le but de faire notre travail sans causer de retards majeurs», a indiqué le Service de police d’Ottawa à l’Agence QMI lundi en fin d’après-midi.

Retards importants 

Les esprits se sont d'ailleurs échauffés à quelques reprises en début de journée entre conducteurs et forces de l’ordre, ce qui a mené à des échanges verbaux animés.

«Je n’ai jamais vu un aussi gros bouchon de circulation, même lors de tempêtes de neige en plein hiver», a tranché Patrick Cyr, lui qui a décidé de faire demi-tour après avoir patienté plus d’une heure pour faire une dizaine de kilomètres sur l’autoroute 50.

«Je ne pense pas que ce soit la bonne solution. Les villes de Gatineau et Ottawa devraient être considérées comme une seule région», faisait pour sa part valoir Katrina, qui a mis quatre fois plus de temps qu’à l’habitude pour se rendre du secteur Hull à son lieu de travail dans la province voisine.

De 6h à 14h, seuls 31 automobilistes ont été sommés de rebrousser chemin par le Service de police d’Ottawa à l’un ou l’autre des quatre ponts interprovinciaux, car l’accent était plutôt mis sur la sensibilisation du public en cette première journée des nouvelles mesures imposées par le gouvernement de l’Ontario pour contrer la pandémie de COVID-19 sur son territoire.

Écoutez la chronique judiciaire de l’ex-juge Nicole Gibeault à QUB radio:

Plus facile au Québec 

En fin d’après-midi, le retour à la maison a été nettement plus facile. En fait, seuls quelques contrôles aléatoires ont été effectués au pont des Chaudières, à Gatineau.

À cet endroit, une demi-douzaine d’agents du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) étaient massés autour de quatre camionnettes banalisées, tous gyrophares allumés, pour stopper quelques véhicules, principalement ceux affichant une plaque d’immatriculation de l'Ontario.

Le SPVG n’avait toutefois pas accès lundi en fin de journée à un bilan complet du nombre de véhicules qui se sont vu refuser l'entrée en sol québécois.

De son côté, la Sûreté du Québec a invité une quinzaine d’automobilistes à rebrousser chemin après des vérifications d’usage lors d’interceptions dans les échangeurs de l'autoroute 5.

Dans la même catégorie