/news/coronavirus

Difficile de planifier ses vacances estivales

Si l’été dernier la région de la Gaspésie connaissait un engouement inespéré, la situation pourrait être très différente cette année en raison des règles qui ne sont pas les mêmes dans les différents paliers de couleur. 

• À lire aussi: Encore de l'incertitude pour les pourvoiries

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Incertains de pouvoir aller visiter les autres régions du Québec cet été, de nombreux Québécois ont donc choisi des options plus près de chez eux. 

Résultat : les sites de camping et les chalets commencent déjà à s’envoler un peu partout dans la province, et pas seulement dans les régions plus éloignées de la province. 

«L’an dernier, on se rappelle, l’Est-du-Québec a connu une très grande popularité. En Montérégie ça a été un peu plus difficile avec la proximité de Montréal, les gens avaient peut-être une certaine crainte avec le virus, mais maintenant, on nous dit que l’ensemble du Québec connaît de bons moments au niveau des réservations», explique Simon Tessier, président Camping Québec. 

La popularité des chalets, elle, ne s’est pas essoufflée depuis l’été dernier. 

Cette année, cependant, l’engouement se fait particulièrement sentir en Estrie et ce sont surtout les petits chalets qui ont la cote. 

«Il y a un engouement énorme. La demande est supérieure à ce qu’on a connu dans les années passées. Sauf que c’est vraiment un produit en particulier qui est très recherché, c’est les petits chalets de six personnes et moins versus les chalets qui sont du huit à parfois même 40 personnes qui sont un petit peu laissés de côté en raison de la COVID», constate Philippe Hamel, fondateur de l’agence Monsieur Chalet.

- d’après les informations de Marie-Lise Mormina