/news/society

Féminicides : des facteurs de risque qui ne mentent pas

Le 10e féminicide enregistré cette année au Québec en 10 semaines seulement avec le meurtre de Dyann Serafica-Donaire, est un autre cas qui est passé sous le radar, selon un intervenant spécialisé auprès d’hommes en détresse. 

• À lire aussi: 10e féminicide: une mère de famille «qui incarnait la joie de vivre»

• À lire aussi: Fémicides: «les conjoints violents sentent qu’ils perdent l’emprise»

Pourtant, des signaux d’alarme et des facteurs de risques peuvent être décelés, et s’ils sont pris en charge, le pire peut être évité. 

C’est ce qu’a expliqué en entrevue au Québec Matin, Mario Trépanier, coordonnateur de l’organisme «Via l’Anse» à Salaberry-de-Valleyfield, membre du réseau «À Cœur d’hommes». 

«On a travaillé depuis plus de 10 ans avec les milieux de recherche et on connaît les facteurs de risque. Ce sont toujours les mêmes!», lance M. Trépanier.

«Un conjoint qui refuse la séparation (dans 90% des cas, ce sont des hommes) qui devient harcelant, qui va faire des menaces d’atteinte à la sécurité des proches, des menaces de suicide. 

Des gestes de violence, agression sexuelle, agression physique, agression verbale, violence psychologique. 

Écoutez l’entrevue d’Isabelle Melançon, députée libérale de Verdun et porte-parole de l'opposition officielle en matière de condition féminine:

Un conjoint qui refuse la séparation et qui devient harcelant, qui n’arrête pas, qui ne lâche pas prise, c’est le premier facteur à regarder», détaille l’expert qui intervient auprès d’hommes en détresse aux prises avec de la violence. 

Également : l’instinct de la victime est également un indice important sur la gravité de la situation.  

«L’inquiétude de la victime. L’intuition est un facteur majeur. La victime est inquiète pour sa sécurité. Elle a le droit à la sécurité, c’est un droit garanti. Demandez de l’aide. Il y a une centaine de maisons d’hébergement au Québec et même plus», insiste l’expert. 

Les proches doivent intervenir  

Les proches aussi devraient s’impliquer lorsqu’une situation semble déraper, et ont le droit de contacter de leur côté les ressources d’aide. 

«Si vous avez des gens dans votre entourage qui vivent une séparation, avec un conjoint qui le refuse, qu’il y a du harcèlement, de la violence conjugale, une dépression du conjoint, des idées suicidaires, ne les abandonnez-les pas! Resserrez les liens, resserrez les filets. Si vous ne savez pas quoi faire appelez SOS Violence conjugale», réitère Mario Trépanier.

L’intervenant qui œuvre auprès d’hommes en détresse depuis de longues années lance un dernier message à ceux qui vivent une rupture difficile et qui ont beaucoup de mal à l’accepter. 

Ne devenez pas un criminel!  

«Ils sont dans la rage! Nous ce qu’on dit c’est qu’ils ont le droit d’être enragés, pas de problème! Vous avez le droit d’être terrorisés à l’idée de la rupture qui s’en vient, de tout ce que vous allez perdre. Vous avez le droit d’avoir de la peine, d’être démolis, pas de problème! Vous avez le droit d’avoir honte de ce qui vous arrive, mais les gens ont le droit de nous quitter sans subir de pression, de violence, de harcèlement. C’est le message qu’on envoie à ces hommes et c’est ainsi qu’on les accompagne. Ne terminez pas votre vie comme un criminel, un assassin ça n’a pas de bon sens! » conclut-il.

Pour joindre l’organisme À cœur d’homme
Téléphone: 418 660-7799, sans frais 1-877-660-7799
Acoeurdhomme.com

SOS violence conjugale au 1 800 363-9010
https://sosviolenceconjugale.ca/fr

Ligne québécoise de prévention du suicide
www.aqps.info
1 866 APPELLE (277-3553)    

Jeunesse, J’écoute
www.jeunessejecoute.ca
1 800 668-6868    

Tel-jeunes
www.teljeunes.com
1 800 263-2266

Dans la même catégorie