/news/techno

Huawei aurait eu accès aux communications du premier ministre néerlandais

CHINA-TELECOMMUNICATIONS-HUAWEI

Photo d’archives, AFP

Le géant des télécommunications chinois Huawei aurait eu accès, pendant un temps, aux conversations de tout le gouvernement néerlandais, incluant le premier ministre.

• À lire aussi: Le procureur balaie les accusations d'une cadre de Huawei

• À lire aussi: En extradant une cadre de Huawei, le Canada violerait le droit international, selon la défense

• À lire aussi: Meng Wanzhou demande un report des audiences d'extradition

Ces révélations sont contenues dans un rapport demeuré secret depuis 2010 qui a été consulté et dévoilé samedi par le quotidien néerlandais «De Volkskrant».

Selon ce journal des Pays-Bas, l'entreprise de télécommunications néerlandaise KPN utilisait, depuis 2009, les équipements d'Huawei et recourait même en permanence à certains employés de la firme chinoise établis aux Pays-Bas.

Or, une enquête ayant mené au rapport a permis de conclure que Huawei était alors en mesure d'écouter toutes les conservations transitant par le réseau cellulaire de KPN, qui comptait quelque 6,5 millions d'abonnés à l'époque. Les techniciens d'Huawei avaient accès au cœur du réseau de téléphonie et auraient pu écouter jusqu'aux conversations des membres du gouvernement et du premier ministre, s'ils l'avaient souhaité.

À la suite de ce rapport, KPN a décidé de restreindre la maintenance de son réseau à d'autres sociétés occidentales et de mieux protéger son réseau.

L'entreprise a réagi à ses révélations en affirmant qu'aucun de ces fournisseurs n'a eu accès à des données contrôlées.

Cet épisode ajoute un pan aux craintes de certains gouvernements occidentaux qui cherchent à exclure Huawei des contrats de développement de la technologie 5G dans leur pays respectif, par crainte d'espionnage. C'est notamment le cas de quatre pays du Groupe des cinq – États-Unis, Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande et Australie – qui ont banni Huawei de leur réseau 5G au cours de la dernière année.

Le cinquième membre de cette alliance de renseignement, le Canada, n'a cependant toujours pas banni officiellement Huawei de son réseau. Rappelons que la directrice financière de l'entreprise, Meng Wanzhou, est toujours détenue à domicile à Vancouver après son arrestation au pays et qu'elle fait face à un processus d'extradition vers les États-Unis.

Dans la même catégorie