/regional/quebec/chaudiereappalaches

La Beauce toujours l’épicentre de la pandémie au Québec

Quebec

Photo Stevens LeBlanc

Après un dur week-end où se sont entremêlées en Beauce une faible participation à la vaccination et une manifestation contre les mesures sanitaires, la directrice régionale de santé publique appelle les gens à collaborer. « On le voit ailleurs, les mesures fonctionnent », affirme Liliana Romero.

• À lire aussi: 1092 nouveaux cas au Québec

• À lire aussi: COVID-19: 9 décès de plus dans la grande région de Québec

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

La Dre Romero ne passe pas par quatre chemins lorsqu’elle aborde la situation de la Beauce. « C’est l’épicentre de la pandémie au Québec », lance-t-elle.

Liliana Romero.
Directrice régionale
de santé publique

Photo d'archives

Liliana Romero. Directrice régionale de santé publique

« Extrêmement triste »

Elle qualifie de « triste » la journée de samedi où plus de 400 personnes sont descendues dans la rue à Saint-Georges, en Beauce, pour manifester contre les mesures sanitaires. 

« La population a le droit de s’exprimer, mais c’est extrêmement triste de voir qu’il reste beaucoup de travail à faire, même après un an, pour transmettre les connaissances nécessaires à la population », insiste la Dre Romero, se désolant du fait qu’on verra « fort probablement » les impacts de la marche dans les statistiques. « Est-ce qu’on verra de ces gens dans nos enquêtes ? À l’hôpital ? Probablement. »

Pour reprendre le contrôle sur la propagation, Chaudière-Appalaches doit aujourd’hui faire appel au soutien d’autres régions. Parce que si le traçage des cas contacts est le nerf de la guerre, les bataillons de Chaudière-Appalaches ne faisaient plus le poids contre l’ennemi.

« Il y a des ressources venues nous soutenir, notamment du Nunavik et de l’Estrie, avec des enquêteurs déjà formés qui vont nous aider », confie Liliana Romero, souhaitant que la capacité de traçage soit désormais suffisante pour ne pas échapper de cas.

« Il est possible qu’on ait manqué des situations, des cas, dans le volet contact des gens symptomatiques. C’était juste impossible, les ressources n’étaient pas au rendez-vous », affirme à regret la médecin de santé publique, précisant qu’une clinique de dépistage ouvrait aussi à Saint-Georges.

Urgence de la vaccination

L’autre enjeu pour sortir de cette crise concerne la vaccination. Et la Dre Romero a bien vu que l’adhésion au blitz sans rendez-vous des derniers jours n’a pas été le succès escompté.

Des 5000 doses disponibles du vaccin d’AstraZeneca, entre samedi et lundi, moins de 1500 ont été distribuées.

« On aimerait toujours vacciner plus. On doit continuer de faire des efforts. [...] Il faut continuer la sensibilisation », rappelle la Dre Romero.  

Les points chauds de la COVID-19 dans la province  

Cas actifs par 100 000 personnes 

  • Beauce : 675,7  
  • Québec-Nord : 401,0 
  • Etchemins : 378,6 
  • Alphonse-Desjardins (Lévis) : 338,9 
  • Portneuf : 305,4  

Source : INSPQ

Dans la même catégorie