/news/politics

Le PLQ propose d’ouvrir des places d’urgence pour les femmes violentées

MARTIN ALARE/JOURNAL DE MONTRÉAL

Le Parti libéral du Québec (PLQ) demande au gouvernement Legault de déployer rapidement des mesures d’urgence pour venir en aide aux femmes violentées après qu’un 10e féminicide a secoué la province vendredi dernier.

• À lire aussi: Féminicides : des facteurs de risque qui ne mentent pas

• À lire aussi: 10e féminicide: une mère de famille «qui incarnait la joie de vivre»

• À lire aussi: Fémicides: «les conjoints violents sentent qu’ils perdent l’emprise»

Parmi les actions proposées, l’opposition officielle suggère au gouvernement de rendre disponibles des chambres d’hôtel pour les femmes qui doivent quitter leurs milieux de vie, dans le contexte du manque de places en maisons d’hébergements.

«Malgré l’immense tristesse de la situation, les actions ne sont malheureusement pas au rendez-vous, ni en prévention ni en accompagnement. Le dernier budget caquiste a négligé l’enjeu, faisant fi des appels répétés des spécialistes», déplore lundi la députée libérale Isabelle Melançon.

Écoutez l’entrevue d’Isabelle Melançon, députée libérale de Verdun et porte-parole de l'opposition officielle en matière de condition féminine:

Cette dernière s’adresse à la vice-première ministre et responsable du dossier des violences conjugales, Geneviève Guilbault, pour lui demander de rencontrer d’urgence les intervenants du milieu.

Le Québec a atteint en à peine quatre mois ce qui est normalement la moyenne annuelle de féminicides dans la province : un effet collatéral de la pandémie, selon les groupes qui luttent contre la violence conjugale.