/news/tele

«Si on s’aimait»: un deuxième livre à l’image de la nouvelle saison

ART-SI-ON-SAIMAIT

Joël Lemay / Agence QMI

La sexologue Louise Sigouin, accompagnatrice relationnelle des «couples en construction» de «Si on s’aimait», a été prolifique dans la dernière année. Alors que s’amorce tout juste la deuxième saison du docu-réalité de TVA, la spécialiste lance déjà un deuxième livre découlant du projet.

Le premier bouquin dérivé de «Si on s’aimait», «Ces 5 dualités qui vont vous rapprocher», avait été commercialisé en juillet 2020. Moins d’un an s’est donc écoulé avant qu’un deuxième ouvrage inspiré de la mission de la série, intitulé «Un pas de plus vers l’autonomie affective» ne voie le jour, aux Éditions de l’Homme. 

Ce deuxième tome sera lancé le 21 avril.Aux dires d’Anne Boyer, productrice de «Si on s’aimait» chez Duo Productions, ce nouveau pendant papier sera encore davantage à l’image du propos mis de l’avant à la télévision.

«On entre vraiment dans le sujet, mentionne-t-elle. On le dit depuis le début: à "Si on s’aimait", c’est formidable quand un couple fait un bout de chemin ensemble, mais ce n’est pas le but de l’affaire. L’objectif est vraiment d’apprendre sur soi-même, avec quelqu’un. Seul chez nous, on n’apprend pas sur nous-mêmes! Il faut être en relation avec quelqu’un, et c’est le but de la démarche.»

«On le voit cette saison: les gens apprennent sur eux, et c’est vraiment intéressant. Plein de gens vont se reconnaître à travers nos six personnes, c’est certain. Après, quand ils vont aller vers une autre relation, ils auront beaucoup appris sur qui ils sont.»

Sourire en coin

N’empêche; côté romance, le deuxième chapitre de «Si on s’aimait» sera-t-il plus concluant que le premier? Des idylles solides y naîtront-elles? Anne Boyer refuse catégoriquement de révéler quoi que ce soit.«Si on s’aimait» a apparemment véritablement conquis le cœur des téléspectateurs de TVA. Présentement de retour pour un deuxième printemps, une troisième édition du rendez-vous est déjà en chantier, pour une diffusion à l’automne, cette fois.Et après moins d’une semaine en ondes, les nouveaux célibataires en quête de la relation parfaite épaulés par Louise Sigouin et observés par les animateurs Guillaume Lemay-Thivierge et Émily Bégin alimentent déjà les discussions des adeptes sur les réseaux sociaux.

Certains analysent les péripéties de «Si on s’aimait» avec un sourire en coin, rigolant gentiment des malaises entourant le choix d’un fromage au supermarché ou une participation à une activité médiévale.

Que pense Anne Boyer des blagues récurrentes - mais pleines d’affection - envers les protagonistes de «Si on s’aimait» et les situations parfois cocasses qu’ils rencontrent? Bonne joueuse, la productrice s’en amuse, prenant la défense de ses participants.«Imagine-toi que tu te fais filmer une journée de temps, offre-t-elle en exemple à la journaliste qui l’interviewe. On se pense tous bien fins! On pense tous qu’on l’a, l’affaire, nous autres! Mais on a tous nos moments où on est un petit peu moins forts... (rires) Eux, les caméras les suivent sans arrêt pendant 11 semaines. Il faut être généreux et s’abandonner!»

«Ces candidats ne mesurent pas à quel point ils vont aider du monde, décrète Anne Boyer en conclusion. Les gens nous le disent sur notre page Facebook, ils nous écrivent en privé.Ça fait une différence dans leur vie. Et moi, je trouve ça extraordinaire!»Le livre «Si on s’aimait : un pas de plus vers l’autonomie affective» sera en vente mercredi. 

L’émission est diffusée du lundi au jeudi, à 19 h, à TVA.

Dans la même catégorie