/news/world

Syrie : Moscou dit avoir tué « environ 200 combattants » lors d'un bombardement

L'armée russe a annoncé lundi avoir tué « environ 200 combattants » en Syrie lors d'un bombardement aérien sur une base abritant « des terroristes » au nord-est de la ville de Palmyre. 

• À lire aussi: La Syrie a utilisé des armes chimiques lors d'une attaque en 2018

• À lire aussi: Le pape juge «scandaleux» la poursuite des guerres

• À lire aussi: Ottawa annonce 43 millions $ pour des projets de stabilisation en Iraq et en Syrie

« Après confirmation par plusieurs sources de la localisation des cibles terroristes, les forces aériennes russes ont effectué plusieurs frappes à la suite desquelles deux abris ont été détruits et environ 200 combattants ont été tués », a indiqué le ministère russe de la Défense, dans un communiqué publié sur Facebook.

Il ajoute que ces bombardements ont permis de détruire « 24 pick-ups équipés de mitrailleuses lourdes et environ 500 kilos de munitions et de composants pour la fabrication d'explosifs improvisés. »

Le communiqué ne précise pas de quel groupe terroriste il est question, ni de la date précise du bombardement.

Selon l'armée russe, l'objectif visé était une « base camouflée » où des « groupes terroristes » étaient formés pour mener des attentats en Syrie et fabriquer des explosifs. 

Elle ajoute que des « formations armées illégales » ont prévu des attaques contre des bâtiments publics syriens « afin de déstabiliser la situation dans le pays en prévision de l'élection présidentielle », prévue le 26 mai. 

Ce scrutin à venir est le deuxième depuis le début en 2011 d'un conflit dévastateur qui a fait plus de 388 000 morts et jeté sur la route de l'exode des millions de Syriens, réfugiés à l'étranger ou déplacés dans des camps miséreux sur le territoire.

Dans ce conflit, la Syrie du président Bachar Al-Assad a bénéficié depuis 2015 du soutien militaire massif et crucial de Moscou, qui lui a permis de reprendre la majeure partie des territoires perdus. 

Lundi, le ministère russe de la Défense a soutenu que des « terroristes » étaient formés dans plusieurs camps dans des zones non contrôlées par le régime syrien, « y compris dans la zone d'El-Tanf qui est contrôlée par les forces américaines ».

Dans la même catégorie