/news/politics

Des dizaines d’opposants ont manifesté contre la loi 21 à Montréal

Des dizaines d’opposants à la loi 21 se sont réunis pour manifester en fin d’après-midi leur déception face à la décision rendue aujourd’hui par la Cour supérieure du Québec, qui la valide en grande partie. 

• À lire aussi: Loi 21: Québec va faire appel d'une décision «illogique»

• À lire aussi: Loi sur la laïcité de l’état : le Mouvement laïque québécois soulagé, mais...

• À lire aussi: Invalidation partielle de loi 21: l’importance du choix du juge

«On n’arrêtera pas. Mon espoir est encore que le gouvernement fasse marche arrière», a affirmé Samira Laouni, présidente de l'organisme Communication pour l'ouverture et le rapprochement interculturel, qui se disait déçue mais optimiste pour les prochaines étapes de la contestation.

Même si la loi sur la laïcité de l’État n’a pas été complètement invalidée, le juge Marc-André Blanchard a déterminé qu’elle ne doit pas s'appliquer au réseau scolaire anglophone de la province ni aux élus de l'assemblée nationale.

Joël Lemay / Agence QMI

«C’est un grand soulagement de savoir que je peux continuer à pratiquer mon métier, mais en même temps, j’ai le coeur brisé pour la prochaine génération», a témoigné Zahra Ibrahim, une enseignante suppléante à English Montreal School Board, qui conserve le droit de porter le voile au travail.

«Nous avons une loi qui dit que le ministre de l’Éducation peut porter un turban, mais un professeur du secondaire, lui, ne peut pas», s’est insurgé Frank Baylis, co-président du Comité Non à la loi 21, en soulignant l’absurdité de la chose.

Joël Lemay / Agence QMI