/news/coronavirus

Jusqu'à 4000 camionneurs manitobains vaccinés par le Dakota du Nord

Camionneur vitesses

Photo d'archives

Jusqu'à 4000 camionneurs du Manitoba se feront vacciner au sud de la frontière aux frais du Dakota du Nord, a annoncé le premier ministre Brian Pallister mardi.

• À lire aussi: Vaccination : De nouvelles plages horaires en Mauricie-Centre-du-Québec

• À lire aussi: Pause-vaccin pour les enseignants: aux centres de services scolaires de décider, dit Roberge

• À lire aussi: Voici où les 45 ans et plus peuvent se faire vacciner avec AstraZeneca

En vertu de l'entente conclue entre la province des Prairies et l'État du Midwest, quelque 2000 à 4000 camionneurs habitués à franchir la frontière seront identifiés par le Manitoba pour pouvoir se faire vacciner aux États-Unis, à titre de travailleur essentiel.

Le premier ministre Pallister a expliqué que les Manitobains sont présentement menacés par le manque de vaccins et que cette entente permettra de donner un coup de pouce à la campagne de vaccination.

«Le Manitoba est fier de s’associer au Dakota du Nord dans le cadre de cette stratégie novatrice qui nous permettra de fournir des vaccins d’importance vitale aux travailleurs essentiels du Manitoba qui transportent des biens et livrent des services dont les Manitobains, les Canadiens et les Américains ont bien besoin», a-t-il commenté par communiqué.

Les camionneurs identifiés à l'aide de la Manitoba Trucking Association pourront se faire inoculer sur le terrain d'une aide de repos du Département des Transports du Dakota du Nord à Drayton, à une cinquantaine de kilomètres au sud de la frontière canadienne.

Le gouverneur du Dakota du Nord, Doug Burgum, a souligné que son État ne manque pas de vaccins contrairement au Canada. «Nous voulons apporter notre contribution en vaccinant les travailleurs essentiels du Canada qui visitent fréquemment notre État. Il est essentiel de vacciner rapidement et efficacement ces gens pour protéger la santé publique et permettre la réouverture éventuelle et sécuritaire de notre frontière commune», a-t-il souligné.