/news/coronavirus

Le rythme de la pandémie ne cesse d’accélérer

Les infections à COVID-19 ont augmenté à un rythme alarmant au cours des huit dernières semaines consécutives, a averti l'Organisation mondiale de la santé (OMS), alors que le virus balaie sans relâche les points chauds dans plusieurs coins du globe.

• À lire aussi: La transmission par les surfaces est faible selon les CDC

• À lire aussi: Le variant indien, double mutant qui pourrait déjouer les vaccins

• À lire aussi: «Augmentation spectaculaire» des ITSS, même de la syphilis qui était presque disparue

Plus de 5,2 millions de nouveaux cas ont été enregistrés la semaine dernière - le plus de cas en une semaine depuis le début de la pandémie - a déclaré lundi le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'un point de presse à Genève.

Les décès ont également augmenté pour la cinquième semaine consécutive, a-t-il déclaré, la pandémie faisant désormais officiellement plus de 3 millions de morts.

Et ce n’est pas terminé, le directeur général de l’OMS a averti que le rythme de la pandémie s'accélérait, malgré le fait que certains pays vantent leurs propres programmes de vaccination améliorés.

«Il a fallu neuf mois pour atteindre 1 million de morts, quatre mois pour atteindre 2 millions et trois mois pour atteindre 3 millions de morts», a précisé M. Ghebreyesus.

Et, alors que davantage d'adultes à risque ou plus âgés sont entièrement vaccinés et que certaines économies s'ouvrent, le directeur général a suggéré que la propagation du virus pourrait se déplacer vers les jeunes adultes. 

Les infections et les hospitalisations chez les personnes âgées de 25 à 59 ans «augmentaient à un rythme alarmant», probablement en raison de variants hautement transmissibles et d'une mixité sociale accrue chez les jeunes.

Des inquiétudes concernant un plus grand nombre de jeunes adultes contractant le COVID-19 ont déjà été signalées par des médecins dans certains points chauds - y compris au Brésil, où le variant brésilien a provoqué une augmentation dévastatrice des hospitalisations et des décès.

Dans la même catégorie