/news/coronavirus

Les masques sont-ils nécessaires à l'extérieur? Les experts se le demandent

De nombreux passants ou cyclistes parcourent les grandes villes américaines en portant un masque, même en étant éloignés les uns des autres.

Certains États américains, comme le Maine, continuent d'ailleurs d'exiger le port du masque sur les chemins de randonnée et sur les plages.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

La question de l'utilité de telles mesures est débattue par les experts.

Il est beaucoup plus sûr d'être dehors 

Les scientifiques ont beaucoup appris sur la COVID-19 depuis le début de la pandémie.

Ils savent désormais que les surfaces ne jouent pas de grand rôle dans la transmission du virus et que désinfecter à outrance est un gaspillage de temps et de ressources.

De nombreux experts considèrent en revanche que la transmission de la maladie est aérienne. Elle se propagerait principalement via de fines particules qui restent en suspension dans l'air pendant une certaine durée, et non par les gouttelettes émises par une toux ou un éternuement, qui tombent rapidement au sol.

C'est pourquoi il est beaucoup plus sûr d'être à l'extérieur qu'à l'intérieur, estime Jose-Luis Jimenez, un expert des aérosols, professeur à l'université de Colorado Boulder.

«Il est beaucoup plus dangereux d'être à l'intérieur parce que les murs, le plafond et le sol piègent l'air», notamment en cas de mauvaise ventilation, explique-t-il à l'AFP. «L'extérieur est beaucoup moins risqué parce qu'il y a plus d'air en mouvement» et que l'air qu'on expire s'élève, notamment quand il fait chaud.

Mais cela ne veut pas dire qu'il n'y a aucun risque, ajoute-t-il. De la même façon que l'on est susceptible d'inspirer une partie de la fumée de la cigarette de son voisin qui fume à l'extérieur, il est possible d'être contaminé par la COVID-19 si l'on reste longtemps à proximité d'une personne infectée, même dehors.

Quels sont les risques d'infection? 

On compte désormais plusieurs études sur les risques de contamination à l'extérieur. En octobre dernier, des chercheurs chinois ont publié une enquête dans la revue Indoor Air, dans laquelle ils compilaient des informations sur 7324 cas, dont l'endroit où le virus avait été transmis.

Sur les plus de 7000 cas, un seul concernait une transmission à l'extérieur: un villageois de 27 ans infecté en janvier 2020 après une conversation dehors avec une personne contaminée, près de Shangqiu, dans la province du Henan (centre).

Plus récemment, le journal Irish Times a demandé aux autorités sanitaires irlandaises combien des 232164 cas recensés dans le pays au 24 mars 2021 avaient été contaminés à l'extérieur. La réponse a été 262 cas, soit à peine 0,1% du total.

Il est possible que cette estimation soit exagérée, étant donné que les autorités se sont basées sur des informations non vérifiées d'activités extérieures -- comme un emploi dans la construction ou la pratique d'un sport -- mais certaines personnes concernées ont aussi pu avoir participé à des rassemblements à l'intérieur.

Donald Milton, professeur à l'université du Maryland et l'un des pionniers de la science des aérosols, conseille d'éviter les foules à l'extérieur, notamment lorsqu'il est prévu de crier ou chanter comme lors d'un match, un concert ou une manifestation, et s'il n'y a pas de vent.

Mais il ne pense pas que porter un masque en permanence à l'extérieur soit nécessaire.

«Quand je fais mon jogging dans mon quartier, où les maisons sont espacées d'au moins 10 mètres et qu'il n'y a que quelques personnes qui promènent leurs chiens et des enfants qui jouent dans des jardins, je garde mon masque dans ma poche», confie-t-il.

«Je ne peux pas courir très longtemps avec mon masque», explique-t-il. «Si je m'arrête pour parler à des gens, je peux le mettre. Si je marche avec des amis, je le porte.»

Le masque politisé 

Le port du masque est devenu une question hautement politisée aux États-Unis, où les conservateurs, sous l'impulsion de Donald Trump, y voient un affront à leur liberté individuelle.

Les progressistes prennent généralement le virus plus au sérieux et voient dans le masque une façon de montrer leur solidarité avec leur voisin en temps de crise.

Mais pour Amesh Adalja, un expert en santé publique de l'université Johns Hopkins, il est temps de revenir sur l'obligation de porter un masque à l'extérieur et d'adopter une approche plus nuancée et plus fidèle aux données scientifiques.

«Les masques ont été tellement politisés que certaines personnes dénoncent d'autres individus pour leur faire honte», regrette-t-il. «Je pense que c'est contre-productif.»

«Ce que nous voulons, c'est que les gens, et notamment ceux qui ne sont pas vaccinés, portent un masque lorsqu'ils sont à l'intérieur et qu'ils ne peuvent pas respecter la distanciation sociale», explique l'expert.

Donner l'impression qu'il est dangereux d'être à l'extérieur pourrait pousser les gens à se réunir à l'intérieur, ce qui est pire, selon lui.

Certains experts avancent que l'intérêt de rendre le port du masque obligatoire à l'extérieur est que cela simplifie le message à destination du public, ce à quoi objecte Amesh Adalja.

«Le seul résultat, c'est que le public a moins confiance dans les autorités sanitaires», estime-t-il, notant que le public est en mesure de lire des revues médicales et se rendre compte que le discours public diffère des données scientifiques.