/news/law

Les preuves s’accumulent contre le médecin québécois accusé de meurtre

MREG_2021-03-28_003.indd

Photos Agence QMI, Marc Desrosiers et Facebook

Le médecin québécois accusé du meurtre au premier degré d’un patient de l’hôpital de Hawkesbury, en Ontario, devra toujours attendre en prison la suite des procédures judiciaires, alors que les preuves continuent de s’accumuler dans ce dossier.

• À lire aussi: Morts suspectes à l’Hôpital de Hawkesbury: l’enquête pourrait durer des mois

La cause du Dr Brian Nadler a de nouveau été reportée, cette fois au 4 mai, mardi après-midi au palais de justice de L’Orignal, une municipalité voisine de Hawkesbury, où l’accusé a brièvement comparu par téléconférence, tout comme il l'avait fait les 6 et 20 avril derniers.

La juge de paix Jocelyne A. St Jean a ainsi acquiescé à la demande commune des avocats de la Couronne, Me Robin Flumerfelt, et de la défense, Me Alan Brass, de reporter de deux semaines l’enquête sur la remise en liberté de l’accusé, le temps que de nouveaux éléments de preuve soient étudiés par les procureurs au dossier.

La Police provinciale de l'Ontario a récemment indiqué que l’enquête en lien avec plusieurs morts suspectes survenues le 25 mars dernier, ou dans les jours précédents cette date, à l'hôpital de Hawkesbury pourrait durer des mois.

Bien que les autopsies des corps soient maintenant chose faite, les rapports d’analyses et de toxicologie du Bureau du coroner en chef et du Service de médecine légale de l’Ontario pourraient entraîner de longs délais.

Meurtre présumé

Le Dr Brian Nadler, un résident de Dollard-des-Ormeaux, dans l’ouest de l’île de Montréal, a été arrêté en lien avec cette affaire et accusé du meurtre au premier degré d’Albert Poidinger, un homme de 89 ans de Pointe-Claire. Selon le «Ottawa Citizen», cinq autres patients atteints de COVID-19 pourraient aussi avoir été victimes du médecin de 35 ans. Les enquêteurs de la Police provinciale de l’Ontario se pencheraient notamment sur les médicaments qu’il aurait utilisés auprès de ces personnes.

Depuis les événements, le Collège des médecins et chirurgiens de l’Ontario a suspendu le permis d’exercice de Brian Nadler. Rappelons qu’il avait aussi été doublement blâmé en 2018 pour conduite non professionnelle par le Collège des médecins et chirurgiens de la Saskatchewan, alors qu’il exerçait à l’hôpital St. Paul, à Saskatoon.

Bien qu’il ait fait des études à l’Université McGill, Brian Nadler n’a jamais été membre du Collège des médecins du Québec.

Dans la même catégorie