/news/world

Mort de George Floyd: Derek Chauvin coupable des trois chefs d'accusation

Le policier blanc Derek Chauvin a été déclaré mardi coupable du meurtre de l'Afro-Américain George Floyd, à l'issue d'un procès concluant une retentissante affaire qui a profondément marqué l'Amérique en illustrant les divisions raciales dans le pays.

• À lire aussi: Derek Chauvin ou l'incarnation des abus policiers aux Etats-Unis

• À lire aussi: George Floyd, de la galère au statut d'icône antiraciste

Les 12 jurés --sept femmes et cinq hommes-- d'origines ethniques diverses, qui délibéraient depuis lundi au tribunal de Minneapolis, ont déclaré Derek Chauvin coupable des trois chefs d'accusation pour lesquels il comparaissait.

Le policier de 45 ans, menotté, a été immédiatement écroué. L'annonce du verdict a suscité une explosion de joie devant le tribunal.

«Coupable! Une justice obtenue dans la douleur a finalement été rendue à la famille de George Floyd. Ce verdict est un tournant dans l'Histoire», a réagi Ben Crump, l'avocat de la famille de George Floyd, décédé le 25 mai 2020.

La mort de George Floyd, asphyxié par la pression du genou de Derek Chauvin pendant plus de neuf minutes, avait choqué l'opinion publique américaine et au-delà des frontières des États-Unis, déclenchant de gigantesques manifestations contre le racisme et les brutalités policières.

Ce procès sous très haute tension était donc devenu emblématique, conduisant jusqu'au président Joe Biden à donner son avis, quelques heures avant le verdict, en estimant que les preuves contre Derek Chauvin étaient «accablantes».

«Paix et stabilité»               

Daunte Wright, un Afro-Américain âgé de 20 ans, a été tué par une policière blanche lors d'un banal contrôle routier dans la banlieue de cette grande ville du nord des États-Unis.

Minneapolis s'était déjà embrasée après la mort de George Floyd, et les commerces se sont de nouveau barricadés derrière des planches en bois cette semaine.

«Il faut s'assurer que la paix et la stabilité soient respectées, mais il est aussi important que la colère de la rue, quoi qu'il arrive, soit transformée de manière positive», a affirmé lundi soir le gouverneur de l'État, Tim Walz.

Plus de 400 personnes ont défilé lundi à Minneapolis pour demander la condamnation de Derek Chauvin.

Dans la capitale fédérale Washington, les autorités ont également mis les forces de l'ordre en alerte en prévision de manifestations qui pourraient suivre le verdict. A New York, la police a assuré qu'elle était prête à intervenir en cas de violences.

L'agonie de George Floyd sous le genou de Derek Chauvin, filmée par des passants, a choqué le monde et suscité des manifestations d'une ampleur historique contre le racisme et les violences policières.

«Cette affaire est exactement ce à quoi vous avez pensé au départ, en regardant cette vidéo», a affirmé lundi le procureur Steve Schleicher dans son réquisitoire.

«C'était un meurtre, l'accusé est coupable des trois chefs d'accusation et il n'y a aucune excuse», a-t-il assené.

Des preuves «accablantes»               

L'accusation, qui a fait défiler à la barre plusieurs témoins issus de la police, a souligné que ce procès n'était pas celui de l'institution, mais d'un individu qui a «trahi» son serment de policier.

L'avocat de Derek Chauvin, Eric Nelson, a au contraire appelé les jurés à prendre en compte le contexte d'une interpellation qui, selon lui, dégénère avec un suspect d'un gabarit imposant qui résiste à quatre policiers voulant le maîtriser. 

Derek Chauvin a agi de manière «raisonnable» compte tenu des circonstances, a argué l'avocat, en disant que les agents de police étaient «des êtres humains» qui «peuvent faire des erreurs dans des situations très stressantes».

 Écoutez la chronique de Luc Laliberté au micro de Richard Martineau sur QUB radio: 

Le président Joe Biden s'est invité mardi dans les débats, estimant que les preuves étaient «accablantes» contre l'ancien policier.

La veille, il avait discuté au téléphone avec les proches de George Floyd, selon la Maison Blanche.

«J'ai appris à connaître la famille de George (...). C'est une famille bien», a-t-il ajouté, évoquant «l'angoisse» de l'attente de la décision du jury pour cette dernière.

M. Biden avait déjà rencontré la famille Floyd en juin 2020 à Houston, avant les funérailles du quadragénaire.

Le président «sait ce que c'est que de perdre un membre de la famille et il sait ce par quoi nous passons», a confirmé mardi matin un frère de George Floyd, Philonise, sur NBC. 

M. Biden a perdu sa première femme et leur fille dans un accident de voiture, puis son fils Beau, décédé d'un cancer.