/news/currentevents

À 6 ans, il survit une nuit en forêt avec des bonbons

Le garçon de 6 ans perdu toute une nuit dans une forêt de l’Outaouais le week-end dernier peut se féliciter d’avoir eu des «jelly beans» sur lui pour survivre jusqu’au matin.

• À lire aussi: Un enfant de six ans retrouvé après une nuit en forêt

Samedi soir, près du chemin Saint-Pierre, à Val-des-Monts, le petit Jerome Owen s’est égaré dans un boisé d’une trentaine d’acres alors qu’il était parti rejoindre ses frères et cousins, à l’insu de ses parents. Il y est resté une douzaine d’heures, soit jusqu’à ce qu’il soit localisé vers 7 h 30 dimanche matin par des secouristes ayant participé à la vaste opération organisée pour le retracer.

«Quand quelqu’un m’a appelé, j’ai commencé à marcher en sa direction, j’étais content», a raconté avec timidité le jeune Jerome à l’Agence QMI, mercredi. Il était à plus de 500 mètres de son point de départ lorsqu’il a été retrouvé.

Débrouillard, il avait enlevé ses chaussures trempées, s’était roulé en boule dans de hautes herbes et s’était nourri de quelques «jelly beans» qu’il avait cachées dans l’une de ses poches avant de partir. Heureusement, aucun animal sauvage des environs n’est venu perturber son sommeil.

«Il a vraiment été brillant. J'imagine que les "jelly beans" lui ont donné un peu d'énergie», a mentionné sa mère, Theresa Owen.

En plus d’un terrain hostile parsemé d’escarpements et d’un ruisseau, les températures ont chuté jusqu’à 4°C au cours de la nuit, alors que le gamin n’était vêtu que d’un chandail et d’un pantalon.

«Nous anticipions le pire vu ces conditions», a admis Martin Fournel, porte-parole de la police de la MRC des Collines-de-l’Outaouais qui a supervisé les recherches.

«Vers 3h30, les policiers m’ont confié qu’ils ne pensaient pas pouvoir le trouver vivant», s’est remémorée sa maman qui croyait avoir perdu le deuxième plus jeune de ses huit enfants.

Opération exhaustive

Dès qu’ils ont reçu l’appel de détresse samedi vers 21 h, quelque 70 policiers, pompiers et bénévoles se sont rués rapidement dans le secteur où l’enfant avait été porté disparu pour entamer les recherches. Les forces de l’ordre ont même utilisé des chiens pisteurs et un drone équipé d’un capteur thermique, tout en actionnant les sirènes des véhicules d’urgence pour l’avertir qu’on tentait de le retrouver.

«Il s’agit d’une expérience stressante et intense, mais glorifiante en fin de compte vu tous les efforts déployés», a témoigné le sergent Fournel.

«Toutes ces personnes ont fait un travail formidable, j’en suis très reconnaissant. Comme quoi, il ne faut jamais perdre espoir», a pour sa part affirmé le père du gamin, Martin Owen. Au moment des événements, toute la famille était en visite depuis plusieurs semaines chez des parents, à Val-des-Monts.