/regional/montreal/montreal

Arrestation musclée dans le métro: la STM fait appel à un expert indépendant

La Société de transport de Montréal (STM) a annoncé mardi qu’elle fera appel à un expert indépendant pour enquêter sur l’intervention musclée qui a eu lieu samedi à la station de métro Jean-Talon.

• À lire aussi: Enquête après une arrestation musclée dans le métro de Montréal

• À lire aussi: Agression sauvage dans le métro: la police diffuse des images du suspect

• À lire aussi: Arrestation musclée dans le métro : Ensemble Montréal veut une enquête indépendante

Me Marco Gaggino, un avocat spécialisé en déontologie policière, agira à titre d’expert externe indépendant et «auditera les conclusions préliminaires de l’enquête interne», a dévoilé par voie de communiqué la STM.

Dans une vidéo qui a circulé énormément sur les réseaux sociaux, on voit un usager être maîtrisé au sol par des inspecteurs. Il a ensuite été précisé que l’individu avait passé illégalement les tourniquets et qu’il avait ensuite refusé de s’immobiliser à la demande des agents.

Très agressive, la personne aurait causé des lésions corporelles aux inspecteurs en les mordant.

«Je reconnais que ce qui s’est passé peut paraitre choquant. Nous lisons, écoutons et voyons ce qui est dit et publié et constatons que la relation entre nous et nos clients est ébranlée par la teneur de la vidéo», a déclaré Philippe Schnobb, le président du conseil d’administration de la STM, qui espère conserver la confiance des usagers en faisant affaire avec un expert indépendant.

La STM a indiqué que les conclusions préliminaires de l’enquête semblaient montrer que les agents ont suivi les règles de l’emploi de la force enseignées à l’École nationale de police du Québec.

Le directeur général de la société, Luc Tremblay, a quant à lui dit espérer que l’enquête puisse mener à une réduction de ce type d’approche dans le futur.

Rappelons que les inspecteurs deviendront dès juillet 2021 des constables spéciaux. Ceux-ci auront une formation accrue et seront assujettis à la Loi sur la police.