/regional/montreal/montreal

«C’est totalement horrible que l’on y pense» - Denis Coderre

Questionné par TVA Nouvelles à propos du désarmement de certains policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), le candidat à la mairie de Montréal, Denis Coderre, s’est attaqué avec vigueur à l’idée de Projet Montréal.

«Ma position est intraitable. Dans un premier temps, on doit donner plus de fonds aux mouvements associatifs qui sont à même de travailler sur le terrain, mais il n’est également pas question de définancer la police ou de les désarmer», soutient l’ancien maire de Montréal. 

Le parti de Valérie Plante a soumis récemment en congrès une proposition de projet-pilote pour désarmer certains agents. Une proposition qui évoque l’expérience de pays européens dans lesquels les armes sont utilisées uniquement par des unités spécialisées de police.

«J’ai trouvé totalement horrible que l’on y pense même. Il faut arrêter de souffler le chaud et le froid. Les policiers sont nécessaires. Le vivre ensemble est l’ouverture entre l’équilibre et la vigilance. On a donc besoin d’un agenda de vigilance», appuie Denis Coderre. 

Ce dernier ajoute que les caméras corporelles chez les policiers sont nécessaires.

Revoir le fonctionnement

M. Coderre s’est néanmoins montré ouvert à l’idée de revoir le fonctionnement du SPVM, notamment en donnant plus de fonds aux organismes communautaires travaillant sur le terrain, et en intégrant le directeur de police dans l’administration de la Ville.

Il a reconnu, mercredi, en conférence de presse avec son parti Ensemble Montréal, qu’il y a présentement des problèmes de profilage racial, mais selon lui, les policiers font également partie de la solution et un travail collaboratif doit se faire.

«Les caméras portatives sont essentielles, c’est l’autre côté de la médaille», a également ajouté M. Coderre, qui a dit ne pas comprendre pourquoi la Ville attendait le gouvernement pour aller de l’avant avec leur imposition.

Ensemble Montréal avait exigé, en mars dernier, l’implantation immédiate de caméras portatives sur les policiers du SPVM. Une demande qui a toutefois été reportée aux calendes grecques par l’administration de la Ville de Montréal.

M. Coderre s’est également dit scandalisé par les images récentes de l’arrestation au métro Jean-Talon, et a rappelé que son parti a réclamé une enquête indépendante à ce propos.

- avec la collaboration de Félix Lacerte-Gauthier, Agence QMI