/news/law

Des agences de placement amènent Québec en cour

Des agences de placement intentent un recours en justice dans l’espoir de faire annuler en partie un décret de Québec qui limite la capacité du personnel soignant qu’elles embauchent pour travailler à la fois dans le public et dans le privé.

Le 26 mars dernier, le gouvernement Legault a adopté un décret ministériel qui a notamment pour effet d’interdire aux soignants qui quittent le réseau public de travailler dans les établissements de santé pendant 90 jours. Les établissements qui ont recours à du personnel d’agence de placement ont aussi l’obligation de faire appel à ces ressources pour une durée minimale de 14 jours.

Or, l’Association des entreprises privées de personnel soignant du Québec (EPPSQ) plaide que ces dispositions sont carrément illégales et craint pour les «conséquences induites par celles-ci sur les services de santé offerts à la population».

«Les nouvelles mesures compliquent la tâche aux établissements de santé qui souhaiteraient avoir recours aux services d’une agence de placement afin notamment de combler des quarts de travail inoccupés ou de réduire le temps supplémentaire obligatoire imposé à des employés déjà surchargés, a indiqué la présidente de l’EPPSQ, Hélène Gravel. Ces modifications arrivent au moment où le réseau a un besoin de renfort sans précédent dans les hôpitaux et les résidences de soins pour personnes âgées.»

«[Les agences] ont fait partie de la solution, en répondant «présentes» aux nombreux besoins lorsque le réseau est débordé, permettant ainsi le maintien des services partout au Québec, en appliquant les plus hauts standards de pratique et de qualité», a-t-on également affirmé.