/regional/quebec/quebec

Desserte des banlieues de Québec: le gouvernement Legault investira 844 millions $ pour 104,2 km de voies réservées

Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Reprenant à son compte la desserte des banlieues de Québec, le gouvernement du Québec investira, dans les prochaines années, 844 millions $ pour créer 104,2 km de voies réservées sur quatre autoroutes et sur le réseau routier municipal. 

• À lire aussi: Train à grande fréquence: Labeaume reste sur sa faim

• À lire aussi: Encore «quelques semaines» avant les détails sur le tramway de Québec

Le Journal a pu se faire confirmer cette information publiée plus tôt en journée, mercredi, par Radio-Canada. Nous avons également mis la main en plus sur le détail des dizaines de kilomètres de voies ajoutées, tronçon par tronçon (lire plus bas). 

Quelque 49,8 km de voies réservées seront ajoutées sur quatre autoroutes (Henri-IV, Félix-Leclerc, Robert-Bourassa et Laurentienne) au coût de 700 millions $. Selon nos informations, il s’agit en très grande majorité de création de nouvelles voies et non pas de l’utilisation de l’accotement des autoroutes. 

Pour le réseau municipal de Québec, on ajoutera 54,4 km de voies réservées – incluant le boulevard Charest et la 1ère Avenue notamment - pour un coût total de 144 millions $. 

Plusieurs questions demeurent en suspens. Ainsi, la présentation obtenue par Le Journal ne donne aucun détail sur les bus du Réseau de transport de la Capitale (RTC) qui circuleront un jour sur ces voies. On ne sait pas non plus si les voies réservées pourront ou non être empruntées dans le cadre du covoiturage.  

Il n’est pas non plus clair si le projet de boulevard urbain sur la portion sud de l’autoroute Laurentienne est remis en question. Ce projet est cher au cœur de l’administration Labeaume qui le juge «incontournable». 

L’échéancier des mégatravaux n’est pas non plus connu. Pas plus que la somme précise qui pourrait être demandée comme contribution au palier fédéral. 

Ce projet gouvernemental vise à bonifier la desserte est-ouest qui sera offerte par le tramway et dont le budget demeurerait fixe à 3,3 G$.  

Guilbault refuse de confirmer 

Interrogée mercredi matin par les journalistes avant de se rendre au Salon bleu, la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, a refusé de confirmer les informations concernant le projet de voies réservées. «Moi, je n'ai rien coulé. [...] Je vous confirme qu'on fera une annonce dès que possible sur les beaux projets de transport et de mobilité durable dans la capitale nationale», a rétorqué la vice-première ministre. 

Le gouvernement Legault «est prêt» à en faire l’annonce, a aussi confirmé Mme Guilbault, mais dans le contexte sanitaire actuel à Québec, il vaut mieux «attendre» qu’il soit possible de procéder à «une annonce en personne», s’est-elle défendue.  

«Idéalement, on aurait déjà fait cette annonce-là, a-t-elle avoué, mais à cause de la pandémie, les mesures d'urgence....On veut être capable de faire une belle annonce, convenablement, instructive, imagée. On veut être capable de montrer aux gens exactement ce qu'on va leur proposer dans notre capitale nationale.»  

Le projet de voies réservées serait-il une menace à une deuxième phase éventuelle du tramway? « Non, je ne vois pas de rapport, a rétorqué Mme Guilbault. On a un très beau projet à proposer aux gens de la capitale nationale, aux gens de Chaudière-Appalaches, aux gens de l'Est-du-Québec, a-t-elle répété. On a une belle grande vision pour le développement du transport dans notre capitale nationale.»  

Dans une première réaction, le député de Québec solidaire, Sol Zanetti, a affirmé que «le projet de la CAQ, c’est de l’augmentation de capacité routière déguisée. Ce n’est pas en élargissant les autoroutes qu’on va diminuer le trafic au centre-ville et qu’on va inciter les citoyens à prendre le transport en commun».  

D’après lui, «on consolide et perpétue l’étalement urbain avec ce projet. C’est complètement contreproductif avec la lutte aux changements climatiques». 

– Avec la collaboration de Marc-André Gagnon

Projet de voies réservées   

Sur les autoroutes   

  • Autoroute Henri-IV, entre le boulevard industriel jusqu’à Félix-Leclerc (Capitale) : 15 km   
  • Autoroute Félix-Leclerc (Capitale), entre Henri-IV et Robert-Bourassa : 5 km   
  • Autoroute Robert-Bourassa direction nord, entre Félix-Leclerc (Capitale) et Lebourgneuf : 2 km   
  • Autoroute Robert-Bourassa, entre Lebourgneuf et Chauveau : 4,8 km   
  • Autoroute Laurentienne, entre rue de la Faune jusqu’à Félix-Leclerc (Capitale) : 13 km   
  • Autoroute Félix-Leclerc, entre Chemin du Lac et la sortie Le Gendre : 4 km   
  • Autoroute Laurentienne entre Autoroute Félix-Leclerc et le pôle Saint-Roch : 6 km.   
  • Total : 49,8 km, 700 millions $     

Sur le réseau municipal   

  • Boulevard Robert-Bourassa, entre Bastien et Chauveau : 4 km   
  • Boulevard Pierre-Bertrand, entre boulevard Hamel et le boulevard Bastien : 14 km   
  • 1ère Avenue entre Pôle Saint-Roch et 76e Rue : 11,9 km   
  • Rue Seigneuriale, entre Louis-XIV et Clémenceau : 2,3 km   
  • Rue Clémenceau, entre la rue Seigneuriale et l’avenue Bourg-Royal : 6,2 km   
  • Boulevard Charest : 16 km    
  • Total : 54,4 km, 144 millions $   
  • Grand Total : 844 millions $    

Dans la même catégorie