/news/coronavirus

Même vacciné, il est possible de contracter la COVID-19

Si la vaccination massive permet de faire ralentir la pandémie dans la province, mais aussi la propagation des variants, elle ne protège pas complètement contre la maladie et les mesures barrières devront rester encore bien longtemps.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: 45 ans et plus: les doses d’AstraZeneca s’envolent en un rien de temps à Québec

C’est le constat que fait le microbiologiste et infectiologue Pierre Harvey qui œuvre dans l’Est-du-Québec, et qui considère que la lutte à la COVID pourrait durer des années. 

Il prend en exemple le cas d’une de ses collègues, vaccinée avec Pfizer, qui a quand même contracté le virus, le variant britannique, en raison de ses enfants qui l’ont ramené de l’école. 

«Elle a été légèrement malade, suffisamment pour ressentir des symptômes de fatigue, de maux de tête, mais elle est revenue au travail et elle va très bien», témoigne-t-il.  

Ainsi, grâce au vaccin, elle n’a pas développé la forme grave de la maladie et n’a pas eu à être hospitalisée, ce que promettent les vaccins. 

Possible de propager le virus

N’empêche, même vacciné il est possible de contracter et propager la COVID et ses variants. 

«Je dois continuer de faire comme si je ne suis pas vacciné. Je dois garder les mêmes protections pour ne pas l’attraper ni la donner. Il est toujours possible de contracter la COVID même si on est vaccinés, mais on ne sera pas sérieusement malade», avertit-il.

La vaccination permet également de freiner les mutations du virus. 

«Le plus rapidement les gens seront vaccinés, le plus rapidement on va pouvoir diminuer les risques d’émergence de variants. Le virus ne s’arrête pas il est toujours en train de muter. Le virant indien commence à être préoccupant», retient le Dr Harvey. 

Selon lui, les vaccins devront être adaptés au fil des mois, en fonction des variants.  

«On risque d’avoir des vaccins contre la COVID régulièrement pendant les prochaines années pour s’adapter tout le temps aux variants», conclut-il.

Ainsi, la population, même vaccinée, devra rester vigilante.