/news/law

Nouvelles accusations contre l’auteur présumé du 7e féminicide au Québec

De nouvelles accusations ont été soumises mercredi, au palais de justice de Montréal, contre Brandon McIntyre, 32 ans, accusé du meurtre non prémédité de Rebekah Love Harry. 

• À lire aussi: Rebekah Harry aurait été battue à mort: un Montréalais accusé

• À lire aussi: Violence conjugale: si nous en avions parlé, nous ne serions pas ici, dit la famille de Rebekah Harry

Le triste événement qui a coûté la vie à la jeune mère de famille est survenu en mars dernier dans l’arrondissement de LaSalle, à Montréal. 

Cette fois-ci, les nouvelles accusations concernent des bris de condition qui seraient survenus en août, novembre et décembre. Elles ont été soumises au tribunal par l’avocate de la Couronne,Me Andrée-Anne Charrette. 

L’homme détenu a comparu par visioconférence et a plaidé non coupable à ces chefs d’accusation. 

Il demeure détenu et la cause reviendra en cour le 20 mai pour son enquête sur remise en liberté.

Des membres de la famille de la victime, la victime, Rebekah Love Harry, 29 ans, étaient présents au Palais de justice de Montréal. Le magistrat leur a offert ses condoléances.

Rebekah Love Harry était maman d’un garçon de 9 ans. Elle aimait le rap et le freestyle et allait à l’église, ont témoigné des amis et proches au début du mois d’avril dans le cadre d’un rassemblement pour dénoncer la violence faite aux femmes.

«La violence conjugale est présente dans nos communautés. Alors, ayez cette conversation, parce que si on l’avait eue il y a quelques semaines, on ne serait pas ici en ce moment», avait déclaré un ami de la victime alors que tous les membres de la famille allumaient des cierges et récitaient des discours honorifiques pour clore la marche au square Dorchester.

« Il fallait attendre qu’il tue quelqu’un pour faire une histoire ? Ça n’a pas de bon sens. Il faut que ça arrête », avait laissé tomber Natacha Frenette, 41 ans, anéantie par le décès de sa petite sœur Rebekah Harry.

«Il a tué ma fille pour rien» 

Ian Harry, le père de Rebekha, est anéanti.

En apprenant que l’accusé demeure détenu jusqu’à sa prochaine comparution, M. Harry a fondu en larmes dans la salle d’audience.

Rebekah était aimée et aimante, ont souligné Sarah-Lisa, la sœur, et Teddy, le frère de la victime, qui tenaient à accompagner leur père au palais de justice, car l’incompréhension est toujours aussi vive devant ce terrible drame.

Si Rebekah a été victime du 7e féminicide au Québec, le bilan s’est malheureusement alourdi depuis. On compte maintenant 10 meurtres de femmes depuis le début de l’année.

«Il faut vraiment que ça cesse. Ça fait deux personnes de plus depuis que c’est arrivé. Il ne faut pas juste en parler, il faut trouver des solutions. Ça commence à un jeune âge. Donc à partir de là, on va faire des plans, on va parler et on va essayer de faire un changement», dit le frère de la victime, Teddy Harry.

Si vous êtes victime de violence conjugale, contactez SOS Violence conjugale au 1 800 363-9010.