/finance/homepage

Des entrepreneurs du Québec se démarquent dans la récupération de plastique

À l’émission À Vos Affaires de jeudi, Pierre-Olivier Zappa est allé à la rencontre de deux entreprises qui tirent leur épingle du jeu dans la transformation de plastique recyclé.

• À lire aussi: Climat: Biden monte au front, le monde salue le retour de l'Amérique

• À lire aussi: La pandémie : un défi supplémentaire pour l'environnement

• À lire aussi: Jour de la Terre : Grève étudiante pour le climat à Sherbrooke

Union entre Tricentris et Soleno  

Soleno fabrique des conduites qui seront éventuellement utilisées dans l’agriculture, la quincaillerie, la foresterie, etc.

Pour ce faire, ils sont besoin de beaucoup de plastiques et c’est pour cette raison qu’ils recyclent plus de 100 millions bouteilles par année.

« On invite les citoyens à déposer leur contenant dans leur bac, que se soit leur lave-glace, un yogourt à boire un lait au chocolat, un savon à lessive, on met ça dans le bac et c’est recyclé ici au Québec», mentionne Grégory Pratte, responsable des affaires publiques chez Tricentris.

La compagnie de St-Jean-sur Richelieu a une entente avec Soleno pour récupérer la matière première pour qu’ils fabriquent leurs conduites.

« Un bac sur trois de récupération au Québec vient chez Tricentris, il y a 23 centres de tri au Québec donc on reçoit vraiment beaucoup de ces contenants-là», rappelle le responsable des affaires publiques.

En tout, grâce a ce partenariat, Soleno peut fabriquer, par année, des conduites assez longues pour faire une fois et demie le tour de la Terre.

Des vêtements faits avec des bouteilles recyclées  

Hub1916 fabrique des vêtements avec du plastique recyclé.

«DU polyester, c’est du plastique donc nous avons soit le choix de prendre du plastique vierge pour faire le fil de polyester ou de prendre du plastique recyclé pour faire du polyester recyclé», mentionne Alexis Gemme Piacente, cofondateur de Hub1916.

L’industrie de la mode est en constante évolution et cette technologie était déjà utilisée pour faire des vêtements sportifs. Hub1916 a eu l’idée d’utiliser cette même méthode, mais pour les vêtements d’uniforme sachant très bien qu’au Québec nous utilisons beaucoup d’uniformes entre autres au travail, mais également au niveau scolaire. 

Les entreprises qui ont des valeurs plus écologiques embarquent de plus en plus dans le projet du cofondateur.

« Nous avons un partenaire en Caroline du Nord qui s’occupe d’aller dans les océans pour récupérer ce plastique praticulièrmenet les bouteilles de plastique, puis de faire le recyclage. Nous on s’approvisionne des petites pastilles de plastiques... Notre expertise c’est de transformer ces pastilles-là en fil de polyester», explique Alexis Gemme Piacente.

Même si la transformation est réalisée ici, Hub1916 possède une usine au Pérou qui s’occupe de la fabrication de vêtements avant de le vendre à travers le monde.