/news/society

Des feux pour sauver des récoltes

Le gel des derniers jours peut être fatal pour le vignerons du Québec. Les 53 000 plants du Vignoble de Pomone sont en dangers en raison de ces temps froids. Les propriétaires ont bien vu qu'en France, le gel avait détruit une grande partie des récoltes il y a deux semaines. Ils ont donc pris les grands moyens pour combattre la menace. Toute la nuit, ils ont alimenté des feux autour du vignoble pour réchauffer le sol, quelque 300 feux.

• À lire aussi: La distribution d'alcool artisanal freinée par la loi

• À lire aussi: Le manque de travailleurs étrangers nuit à la reprise économique

• À lire aussi: Des producteurs de cannabis albertains veulent organiser des visites de leurs fermes

«On fait un dôme de boucane avec des feux en dessous. Le dôme de boucane empêche le froid de descendre et il retient un peu la chaleur de nos feux. On peut gagner un ou deux degrés», mentionne Sylvain Poirier, copropriétaire du vignoble.

Les viticulteurs québécois n'ont aucune assurance récolte contre les intempéries, contrairement aux producteurs de petits fruits, par exemple. Le vignoble porte d'ailleurs le nom d'une nymphe de la mythologie romaine, déesse des fruits. Le Vignoble de Pomone produit quelque 30 000 bouteilles par an.

«Je pense qu'on a bien réussi quand même. On est arrivés à travailler aussi au contraire des vents, ça fait que les feux qu'on a partis, ça a poussé la chaleur quand même dans les vignes», souligne Laurent Picard du vignoble de Pomone.

Les vignerons sauront en fin de semaine si les bourgeons auront survécu au temps froids