/news/law

Discrimination liée à un chien guide: un juge accorde 6600$ à un couple

Un couple de Victoriaville qui s’est vu refuser la location d’une chambre d’hôtel à Sherbrooke en raison de la présence d'un chien guide a obtenu 6635 $ en dommages moraux.

Guy Huard, qui est aveugle, et sa conjointe Françoise Champagne ont obtenu gain de cause le 16 avril dernier devant le Tribunal des droits de la personne.

«Ce jugement accorde des dommages à la personne handicapée victime de discrimination, mais également à celle qui l'accompagnait, puisqu'elle a aussi subi un préjudice à cause du refus de l'hôtelier», a déclaré jeudi Philippe-André Tessier, président de la Commission, par voie de communiqué.

Le 15 août 2015, le couple décide d’aller passer une fin de semaine à Sherbrooke pour célébrer leur anniversaire de mariage et assister à la représentation musicale de leur fils au Festival des traditions du monde. M. Huard est aveugle et a recours à un chien guide certifié pour l’aider dans ses déplacements.

Ils se présentent à l'hôtel Wellington, mais le propriétaire leur refuse l'entrée à cause du chien guide de l'homme. Après avoir tenté sans succès de négocier, la femme revient à l'hôtel en compagnie d'un policier, mais l'hôtelier maintient son refus en arguant que son épouse, qui réside comme lui dans l'hôtel qu'ils gèrent, a une phobie des chiens. Avec ce refus, le couple a décidé de porter plainte à la Commission des droits de la personne.

Le Tribunal rappelle que malgré la cynophobie (peur maladive des chiens) de la copropriétaire, l'hôtelier devait envisager un accommodement, ce qu'il n'a pas fait.

En conséquence, le Tribunal le condamne à verser au couple un montant total de 6635 $, incluant des dommages matériels, moraux et punitifs.