/news/coronavirus

Inde: «Le son des ambulances est incessant» raconte un expatrié sur place

Pendant des mois, l’Inde qui a été presque épargnée par la COVID-19 fait aujourd’hui face à l’une des pires crises sanitaires de son histoire. 

• À lire aussi: L'Inde recense près de 315 000 nouveaux cas en 24 heures, un sommet

• À lire aussi: Variant indien: des inquiétudes et beaucoup d'inconnues

Johann Rousselot, Français qui réside à Noida depuis près de trois ans, a témoigné de la gravité de la situation en entrevue avec Julie Marcoux à 100% Nouvelles, jeudi. 

«Le pays a crié victoire un peu trop tôt. [...] Le port du masque a été complètement oublié. Moi-même j’ai été le premier à en profiter, j’aime qu’une chose par-dessus tout dans ce pays, c’est de voyage à moto, et depuis décembre je ne me suis pas privé», raconte le photographe de presse, mais également guide touristique à moto. 

L’impression qui prévalait, il y a encore peu de temps, était que la COVID était dernière et que le pays avait réussi à éviter le pire. 

«On cherchait des explications. [Pourquoi le peuple indien était-il moins touché que le reste du monde?] Y a-t-il un système immunitaire particulier à la population indienne? Un code génétique? Le gouvernement a crié victoire a et jugé qu’il avait réussi à battre la COVID. C’était là l’erreur», croit Johann Rousselot.  

Jusqu’à très récemment, les rassemblements étaient encore permis en Inde, notamment pour la fête religieuse hindoue Khumb Mela qui draine des millions de dévots depuis janvier.

La flambée des cas est arrivée très très rapidement. «La boite de Pandore s’est ouverte et ça nous a explosé à la figure», image M. Rousselot. 

Privilégié dans ce pays de plus d’un milliard d’habitants, il a choisi de s’autoconfiner avec son épouse, et ce sans attendre l’ordre du gouvernement. 

«On évite les déplacements, on se fait livrer tout ce qu’on peut, on évite d’aller au marché, même si j’ai la chance d’habiter dans un quartier plutôt calme, où il n’y a pas des foules», illustre-t-il. 

Ce qui le préoccupe surtout serait de contracter le virus et de devoir recevoir des soins à l’hôpital, établissements saturés où il manque de tout dans le contexte actuel. 

Crainte des hôpitaux    

«Ce n’est pas vraiment le virus en lui-même qui me fait peur. C’est le système hospitalier et de soins ici qui est toujours un petit peu effrayant, où on n’a toujours pas tout à fait confiance. Il est tellement à saturation, que ce n’est pas le moment de se retrouver à l’hôpital. Il manque de tout, d’oxygène, de médicament, de vaccins, de tests même!», raconte l’expatrié.

Et pour avoir accès à des soins médicaux, une personne doit avoir un certificat de test positif, qui peut prendre beaucoup de temps avant d’arriver, mettant la vie en péril.

«Il y a des tests qui mettent 3-4-5 jours à arriver. Et les hôpitaux n’acceptent pas une personne tant qu’ils n’ont pas le rapport du test. Une personne peut être positive et en trois jours, elle peut mourir. Mais si le test n’est pas venu à l’hôpital, elle n’est pas admise. Ce sont des quantités d’histoires comme cela», rapporte M. Rousselot. 

Puisqu’il est confiné, il n’a pu se rendre sur place pour constater l’état des lieux dans les centres hospitaliers, mais le son des ambulances, incessant, lui laisse croire que le pire est en train de se jouer à l’extérieur. 

«Je ne peux pas voir par mes propres yeux, mais juste par le son des ambulances que j’entends depuis depuis ma terrasse, il y a quelque chose qui n’est pas habituel. C’est non-stop, tout le temps, tout le temps, tout le temps!»

S’il a songé retourner en France à plusieurs reprises, et ce depuis mai 2020, il a dû reporter ses déplacements à plusieurs reprises en raison des difficultés à voyager. 

L'Inde a recensé près de 315 000 nouveaux cas de Covid-19 sur 24 heures, bilan quotidien qu'aucun pays au monde n'avait jusqu'alors enregistré.

Depuis avril, 3,5 millions de nouvelles contaminations ont été enregistrées au pays, et 184 657 personnes sont décédées du virus depuis le début de la pandémie dans ce pays. 

Dans la même catégorie