/news/coronavirus

Rimouski prête main-forte au CISSS de Chaudière-Appalaches

L'hôpital de Rimouski a prêté main-forte au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches, qui a atteint la limite de sa capacité hospitalière. Ainsi, mercredi, pour une première fois depuis le début de la pandémie, un patient atteint de la COVID-19 a dû être transféré de l'Hôtel-Dieu vers Rimouski.

• À lire aussi: COVID-19: L'ex-ministre Benoît Pelletier a frôlé la mort à plusieurs reprises

• À lire aussi: Les malades chroniques vaccinés dès vendredi

• À lire aussi: Variant indien: des inquiétudes et beaucoup d'inconnues

«Ce qui a été amorcé hier [mercredi], c'est un processus pour venir en support à nos collègues de Chaudière-Appalaches, de telle sorte que tant qu'on va avoir la capacité de le faire, si on nous demande encore de donner un coup de main, on va être en mesure de le faire», a expliqué le Dr Jean-Christophe Carvalho, président-directeur général adjoint au CISSS du Bas-Saint-Laurent, en entrevue avec TVA Nouvelles.

L'Hôtel-Dieu de Lévis n’avait plus la capacité d’ouvrir de nouveaux lits en raison du manque de personnel. Ainsi, l'organisation n'a eu d'autre choix que de transférer un septuagénaire atteint de la COVID-19 à Rimouski.

Pour le moment, aucun autre transfert n'a été confirmé.

«Avec le transfert et les congés qui se sont donnés, on respire un peu mieux [...], mais ça peut vraiment varier d'une heure à l'autre», a expliqué le Dr Jean Lapointe, directeur adjoint des services professionnels de l'Hôtel-Dieu de Lévis.

Sur les six lits disponibles aux soins intensifs dédiés à la COVID-19, trois sont occupés pour le moment, incluant le patient qui a été transféré mercredi.

Cinq personnes sont également hospitalisées à l'Unité COVID de Rimouski, sur une capacité de 14 lits.

Pour le moment, le CISSS opère à même les lits attribués à la COVID, l'accueil de patients de l'extérieur n'a donc pas d'impact sur les autres activités de l'hôpital.

Bien que le CISSS ne se soit pas fixé de plafond concernant le nombre de patients provenant de l'extérieur, la direction a assuré vouloir conserver une marge de manœuvre pour accueillir les patients du Bas-Saint-Laurent atteints par le virus.

«Dans nos projections dans notre façon de planifier et gérer les ressources, c'est sûr qu'on regarde la capacité qu'il nous reste à même les lits que l'on a libérés pour être capable de continuer note mission dans l'Est-du-Québec», a ajouté le Dr Carvalho.

Ce transfert vers le Bas-Saint-Laurent plutôt que vers Québec s’explique par la situation critique que vit actuellement la région de la Capitale-Nationale.