/news/coronavirus

Un premier patient transféré de Lévis vers Rimouski

La capacité hospitalière maximale sur le point d’être atteinte dans Chaudière-Appalaches

Le CISSS de Chaudière-Appalaches confirme avoir dû transférer un premier patient atteint de la COVID-19 vers Rimouski.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Enfin une journée sans hausse importante des hospitalisations à Québec

• À lire aussi: Stabilité au Québec et baisse des cas en Ontario

Ce qui demeurait une hypothèse mercredi en fin de journée s’est rapidement transformé en réalité à l’Hôtel-Dieu de Lévis. Le CISSS n’a eu d’autre choix que de conclure avoir atteint sa capacité maximale et de procéder au transfert d’un premier patient.

L’information relayée par la Société d'État fait état du transfert d’un septuagénaire atteint de la COVID-19. L’homme a été transféré dans le Bas-Saint-Laurent, plus précisément à l’Hôpital de Rimouski, a pu confirmer Le Journal.

Manque de personnel 

Cette possibilité avait été évoquée mercredi par le CISSS de Chaudière-Appalaches. Les deux centres visés par de possibles transferts sont Sherbrooke et Rimouski, qui disposent «des plateaux techniques» pour recevoir ce type de patients.

La délicate situation est causée principalement par un manque de personnel, indique le CISSS. L’organisation n’a plus la capacité d’ouvrir de nouveaux lits.

«On manque de personnel pour en ouvrir plus. Les enjeux de personnel qu’on avait déjà ont été décuplés dernièrement», expliquait mercredi Mireille Gaudreau, porte-parole du CISSS.

Possible à Québec aussi 

Ces transferts vers l’Estrie et le Bas-Saint-Laurent plutôt que vers Québec s’expliquent par la situation aussi critique sur la rive nord du fleuve.

Le directeur des services professionnels du CHU de Québec confiait au Journal, plus tôt cette semaine, que le transfert interrégional pourrait aussi être une avenue pour les centres hospitaliers de la Capitale-Nationale.

«Si on en arrive à se sentir trop serré, si c’est trop difficile, on peut faire appel à des régions limitrophes. C’est une possibilité», admettait mardi le Dr Stéphane Bergeron

Dans la même catégorie