/regional/troisrivieres/mauricie

Un studio interactif en demande

Faute de pouvoir occuper ses salles depuis le début de la pandémie, le Centre des congrès de Trois-Rivières (le CECI), en Mauricie, se félicite de s'être équipé d'un studio d'un type unique, pour organiser des évènements en mode virtuel et interactif.

• À lire aussi: La transmission par les surfaces est faible selon les CDC

• À lire aussi: Montréal veut garantir le retour de la Fête nationale

• À lire aussi: Ville de Québec: 16 grands événements ne seront pas financés en 2021

La demande est telle depuis le lancement de ce service en décembre dernier, qu'il a déjà fallu refuser des contrats. Des syndicats, des entreprises et des associations ont adopté l'endroit.

«On s'aperçoit que les gens ont besoin de voir quelque chose d'autre», a constaté en entrevue avec TVA Nouvelles Yves Beaudoin d'IDEA Simplifico, un des trois partenaires de l'Espace Inter-Action.

Jeudi s'y tenaient les répétitions d'un colloque municipal qui abordera la semaine prochaine les thèmes de la famille, des ainés et des personnes handicapées auprès de 220 participants d'un peu partout au Québec.

D'ailleurs, la mairesse de Brossard, qui co-préside l'évènement avec le maire de Trois-Rivières, tenait à apparaître pour l'ouverture, non pas depuis son sous-sol ou son bureau, mais directement de l'Espace Inter-Action.

«La mairesse de Brossard était avec Jean Lamarche et elle a dit : "Ça a l'air tellement beau". Elle a dit : "Pour l'évènement, je veux être avec toi (le maire Lamarche)"», a raconté Yves Beaudoin.

Le propriétaire du Canadian Tire de Trois-Rivières, Pierre Saint-Jacques, ne souhaite plus intervenir via Zoom lors de ce colloque depuis qu'il a découvert le nouvel équipement du CECI. Il doit témoigner de l'aide qu'il a personnellement apportée au développement et à l'amélioration du quartier défavorisé Adélard-Dugré.

«Enfin, après un an d'attente ça va être le fun, d'être capable d'interagir avec des gens», a prédit M. Saint-Jacques.

Le ministre François-Philippe Champagne occupera aussi le studio pour une conférence virtuelle à laquelle il est invité. Jusqu'à il y a quelques jours, le ministre fédéral ignorait tout de ce service. Il devait, pour chaque intervention à distance de sa part, faire monter un studio temporaire à son bureau de comté de Shawinigan.