/news/world

Un texte faisant de Washington le 51e État américain de nouveau adopté à la Chambre

Photo d'archives, Reuters

La Chambre des représentants a approuvé jeudi un projet de loi visant à faire de la capitale fédérale Washington le 51e État des États-Unis, une victoire saluée par les démocrates, mais qui ne devrait pas passer la barrière du Sénat face à l'opposition des républicains.

• À lire aussi: Climat: Biden monte au front, le monde salue le retour de l'Amérique

• À lire aussi: Pour les compagnies aériennes américaines, l'été s'annonce prometteur

• À lire aussi: Les démocrates redoublent d'efforts pour faire de Washington le 51e État

Le vote sur la «résolution 51» a suivi les lignes des partis, avec 216 pour et 208 contre.

La chambre basse du Congrès avait déjà voté en faveur de ce texte en juin 2020, mais elle était restée lettre morte au Sénat.

«On l'emmène au Sénat», a salué sur Twitter la maire démocrate de Washington, Muriel Bowser.

«C'est à propos de démocratie, de gouvernement indépendant, du droit de vote», a réagi le chef de la majorité démocrate à la Chambre haute, Chuck Schumer.

Son adoption y est pourtant toujours très hypothétique, car les démocrates, qui disposent d'une infime majorité, devront obtenir les voix de dix républicains.

Les partisans du texte dénoncent une atteinte aux droits fondamentaux des 712.000 habitants de Washington, inscrite sur les plaques d'immatriculation des voitures de la capitale: «Taxation without representation» (les impôts sans les élus).

Ils payent leurs impôts fédéraux --plus par personne que tout autre État américain, insistent les démocrates--, sont enrôlés sous les drapeaux et peuvent voter aux élections présidentielles.

Mais ils n'ont pas de voix au Congrès. La ville a une élue au statut d'observatrice à la Chambre, et aucun au Sénat.

En devenant un État, Washington obtiendrait deux sénateurs, comme chaque État de l'Union, et un élu doté du droit de vote à la Chambre.

Le «District de Columbia» serait aussi rebaptisé «Washington Douglass Commonwealth», en référence au premier président des États-Unis George Washington et au célèbre abolitionniste noir Frederick Douglass.

Pour la puissante organisation de défense des droits civils ACLU, priver Washington d'une voix au Congrès revient à «réprimer le pouvoir politique des personnes noires», puisque 46% de ses habitants sont des Afro-Américains.

Les républicains, eux, dénoncent une volonté de bouleverser l'équilibre du pouvoir, notamment au Sénat, puisque la capitale est à une écrasante majorité démocrate: 90% de ses habitants ont voté démocrate aux dernières présidentielles.

Ils rappellent que ce statut spécifique a été inscrit dans la Constitution pour éviter que le pouvoir fédéral soit «influencé par un État».

Cela fait des décennies que des élus se battent pour donner le statut d'État à Washington. Ils bénéficient désormais du soutien du président Joe Biden, qui estime que ses habitants «méritent d'être représentés».