/regional/sherbrooke/estrie

Windsor : un homme réclame 400 000 $ pour avoir découvert une conduite d'eaux usées passant sur son terrain

Alors qu’il ignorait qu'une conduite d'eaux usées longeait son immeuble, un homme de Warwick a réclamé jeudi plus de 400 000 $ à la ville de Windsor, en Estrie.

• À lire aussi: Une femme de la Capitale-Nationale remporte 15 M$ au Lotto Max

• À lire aussi: Des groupes de travailleuses du sexe réclament la décriminalisation de la prostitution

• À lire aussi: Il poursuit sa compagnie d'assurance à la suite d'un incendie

Éric Larochelle a cru faire une bonne affaire en faisant l'acquisition en 2014 d'un immeuble de neuf logements. Il devait être son fond de retraite et celui de sa conjointe. L’établissement représente plus un cauchemar désormais.

Il connaissait l’existence d’une servitude qui concerne une conduite passant sur son terrain destiné à l’égouttement des eaux pluviales.

Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’en 1991, l’ancienne municipalité de Saint-Grégoire de Greenlay s’y étaient raccordé pour y faire passer les eaux de pluies et sanitaires de près d'une vingtaine de résidences jusque dans la rivière Saint-François de l’autre côté de la rue Greenlay sud.

Selon Éric Larochelle et la requête introductive d’instance et demande d’injonction interlocutoire déposée à la Cour Supérieure, plutôt que de suivre les autorisations émises par le ministère de l’Environnement, l'ancienne municipalité de Saint-Grégoire de Greenlay aurait décidé de prendre un raccourci pour brancher sa conduite combinée, à celle du terrain de son immeuble.

En plus des odeurs nauséabondes qui se dégagent du puisard sur son terrain, Éric Larochelle soutient que les installations sont à l'origine de l'inondation de son vide sanitaire survenue lors de la crue centenaire de novembre 2019.

Ses prétentions sont à l’effet que le refoulement d'égouts a causé des dommages à la dalle de béton de la fondation où les fissures y sont bien apparentes...

Comme si ce n'était pas suffisant, le propriétaire ne peut plus assurer son immeuble contre ce type de risque et préjudice.

Dans sa requête, il demande que la servitude soit annulée, les travaux correctifs effectués et il réclame 426 000 $ pour dommages, inconvénients et les travaux de réfection de la fondation.

La municipalité de Windsor n'a pas voulu commenter les procédures intentées contre elle et entend faire la démonstration devant les tribunaux, que le raccordement est légal et conforme et n'a aucun lien avec l'inondation de novembre 2019.