/news/coronavirus

Au bord des larmes, Doug Ford s’excuse

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a présenté ses excuses jeudi, au bord des larmes, tandis que la troisième vague prend des allures de mur dans la province.

« Nous avons fait une erreur. Nous nous sommes trompés. Pour ça, je suis désolé et je m’excuse », a déclaré Doug Ford devant la résidence de sa défunte mère, où il est en isolement depuis qu’un de ses proches collaborateurs a été déclaré positif à la COVID-19.

• À lire aussi: Frontière Québec/Ontario: une mesure qui a trop tardé

• À lire aussi: L'Ontario fermera ses frontières dès lundi

• À lire aussi: Plus de 4400 cas en Ontario, les écoles fermeront

Le premier ministre ne s’était pas montré depuis qu’il a imposé, vendredi, un confinement strict et envoyé la police aux trousses des enfants dans les parcs, tout en fermant les yeux sur les usines, les entrepôts et les chantiers où s’entassent les travailleurs n’ayant pas droit aux congés de maladie.

S’il a reculé sur la fermeture des aires de jeux, Doug Ford maintient avoir agi « vite » pour éviter le pire en imposant les mesures « les plus strictes en Amérique du Nord », dès que les médecins l’ont demandé.

Congés de maladie payés  

Il a annoncé jeudi qu’il mettrait finalement sur pied prochainement des congés de maladie payés pour tous, ce qu’il a aboli à son arrivée au pouvoir.

Pendant ce temps, 40 Ontariens étaient emportés par la COVID-19 dans la seule journée de jeudi. Quelque 2350 étaient hospitalisés, dont 806 aux soins intensifs.

La sortie du premier ministre n’a donc pas calmé les appels à la démission de celui qui a guidé l’Ontario vers l’« abysse » et a « abandonné » les Ontariens, selon les accusations du Dr Michael Warner, médecin intensiviste de l’hôpital Michael Garron, dans l’est de Toronto.

Lancé dans le Washington Post lundi, l’appel à la démission de Doug Ford a été repris par l’opposition libérale et néo-démocrate, et une partie de la société civile qui réclame l’intervention d’Ottawa.

Dès le 11 février, le comité scientifique qui conseille le gouvernement a prévenu qu’une troisième vague catastrophique frapperait s’il n’agissait pas. Mais Queen’s Park a plutôt ouvert les centres d’achats, permis les réunions au restaurant, les mariages et les rassemblements religieux.