/news/society

Québec s’inquiète des achats de propriétés sans inspection

Le ministre des Finances Éric Girard souhaite modifier la Loi pour rendre l’inspection obligatoire une fois que l’offre d’achat d’une propriété a été signée.

• À lire aussi: Gérer le risque à l’achat d’un condo

• À lire aussi: Accession à la propriété: les Québécois sont les plus optimistes au pays

Dans le marché actuel, où la pression sur les acheteurs est forte, plusieurs transactions immobilières se font sans inspection, ce qui inquiète le gouvernement du Québec.

Acheter une propriété sans faire d’inspection au préalable peut être problématique, car cela peut empêcher tout recours judiciaire en cas de vices cachés. 

« Il faut être prudent. Les citoyens qui font des acquisitions ont tendance à limiter leurs recours légaux, à renoncer aux inspections, et ce ne sont pas de bonnes pratiques », a affirmé le ministre.

Cette demande avait été faite par plusieurs partis d’opposition, en plus de plusieurs acteurs du milieu de l’immobilier. 

Pour l’expert en bâtiment Sylvain Brosseau, il s’agit d’une excellente nouvelle. « Ça fait plus de 25 ans qu’on travaille là-dessus, et on commence à voir la lumière au bout du tunnel », affirme le spécialiste. 

Toutefois, le problème de la pénurie d’inspecteurs au Québec, en plus de celui de l’encadrement de la profession, pourrait rendre difficile l’application de cette nouvelle disposition de la Loi.

« Si on oblige l’inspection dans tous les cas, le marché ne pourra pas suivre. Il y a des problèmes de compétences qui sont importants là-dedans », explique Marc-André Harnois, directeur général de l’Association des consommateurs pour la qualité dans la construction.