/news/currentevents

Une «main-d’œuvre pas chère» pour les groupes criminels

Bloc revolver arme à feu pistolet

Photo Fotolia

Des mineurs en quête de sensations fortes et de reconnaissance apparaissent comme de la main-d’œuvre peu chère aux yeux des groupes criminels afin d’accomplir des méfaits à leur place.

• À lire aussi: Des ados instrumentalisés par des gangs de rue

« Tu risques de mobiliser plus d’intérêt chez un jeune avec une somme [financière] bien moins élevée qu’un adulte. En partant, c’est du cheap labor », explique André Gélinas, sergent-détective retraité du Service de police de la Ville de Montréal.

D’après lui, les jeunes « sont plus malléables et influençables », ce qui motive des groupes criminels, comme les gangs de rue, à avoir recours à eux pour faire leur sale boulot.

« Il y a l’attrait de l’argent. Le thrill et le goût du risque sont forts chez eux. Les gangs de rue savent aussi que les jeunes sont moins susceptibles d’être interceptés. Souvent, ils ne sont pas fichés par la police, ils n’ont pas de dossier [criminel] », résume M. Gélinas.

Les mineurs eux-mêmes seraient conscients qu’ils risquent des peines judiciaires moindres que les adultes, selon André Gélinas.

« Certains sont lucides et vont le dire : “Je m’en fous si je me fais prendre, car je n’ai pas 18 ans. Mon dossier va être scellé dès que je vais atteindre la majorité” », souligne-t-il.

Pour faire ses preuves

Utiliser des mineurs pour commettre des crimes a toujours été une stratégie employée par les gangs de rue, d’après la criminologue Maria Mourani.

« Les mineurs doivent faire leurs preuves auprès de leur gang. On les pousse aussi à commettre des actes criminels pour qu’ils se retrouvent entachés d’une criminalité. Après, ils ne peuvent plus revenir en arrière, c’est une façon de les corrompre », soutient-elle. 

Or, la recrudescence du nombre de fusillades, notamment dans l’est de Montréal, mène à une moins grande tolérance des crimes commis par arme à feu, ajoute-t-elle. 

« Il y a comme une politique informelle de tolérance zéro, ce qui fait qu’on va plus judiciariser. On remarque par exemple la création d’une escouade [pour lutter contre le trafic d’armes]. Les gens en ont marre », dit-elle, afin d’expliquer pourquoi davantage des mineurs armés se retrouvent maintenant devant les tribunaux.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.