/news/coronavirus

Passeport vaccinal: une utilisation marginale, prévoit Arruda

L’idée d’un passeport vaccinal pour permettre aux gens immunisés contre la COVID-19 d’accéder à certains événements a du plomb dans l’aile : le Dr Horacio Arruda y voit une utilité très limitée.  

• À lire aussi: Avis défavorable du comité d'urgence de l'OMS sur le passeport vaccinal

«Je pense que l’orientation actuelle, à court terme, je ne vous dis pas que ça ne va pas évoluer : si c’est utilisé, ça va être dans une utilisation assez marginale », a déclaré le directeur national de la Santé publique en commission parlementaire mercredi.  

Il était questionné par la députée libérale Marie Montpetit, dans le cadre de l’étude des crédits. 

Dr Arruda évoque de nombreux enjeux éthiques importants, mais aussi une utilité limitée. « Même dans l’avis d’éthique de Santé publique, il y a une balance où les avantages versus les inconvénients ne sont pas si élevés que ça », rappelle-t-il.  

Par contre, l’instauration d’un tel passeport pourrait possiblement devenir un incitatif à se faire vacciner, souligne-t-il.  

« Mais, d’entrée de jeu, quand je fais le tour, avec mes équipes, des discussions qu’on a eu récemment, la tendance à aller vers ça, elle n’est pas là. On pense qu’il y a d’autres priorités plus importantes, à mon avis, qui est de rendre la vaccination accessible et éviter d’augmenter les inégalités de santé », dit Dr Arruda.  

De son côté, le ministre de la Santé, qui avait d’abord évoqué cette idée, affirme que Québec se concentre surtout à créer un registre numérique afin de permettre aux Québécois de présenter une preuve de vaccination au besoin, notamment dans le cadre de voyages internationaux. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.