/news/law

Un an de prison pour un chauffard

FD-DELIT FUITE

Photos d'archives, Martin Alarie et Agence QMI, Erik Peters

Bien qu’elle soit « un peu déçue » que le chauffard ivre qui l’a happée et laissée pour morte dans un fossé s’en tire avec un an de prison, une adolescente espère quand même que les gens réaliseront l’importance de ne pas conduire soûl.

« Il faut envoyer le message que l’alcool au volant, ça gâche vraiment des vies. Les gens savent ce qui peut arriver, mais il y en a qui se disent que ça n’arrive qu’aux autres », a lancé Amy Labelle, vendredi, au palais de justice de Joliette.

Juste avant, le chauffard Robert Poirier, 53 ans, venait de prendre le chemin des cellules, lui qui a été condamné à une année d’incarcération pour conduite avec les facultés affaiblies ayant causé des lésions à l’adolescente, et pour délit de fuite.

La collision est survenue le 9 juillet 2019. Poirier venait de sortir d’un bar où il avait pris 10 consommations.

Cela ne l’avait pas empêché de prendre le volant pour rentrer chez lui, à Mascouche.

Happée

En chemin, il a happé une ado de 15 ans en cyclomoteur.

Et au lieu de porter secours à la victime, il a plutôt continué son chemin.

« L’accusé ne peut ignorer avoir percuté la victime. Par chance, de bons samaritains sont venus rapidement à son aide », a noté le juge Claude Lachapelle en expliquant que c’est l’un d’eux qui a contacté la police en donnant la description du suspect.

Poirier a été arrêté chez lui peu après. Selon ce qu’il a dit lors d’une évaluation faite avant la sentence, il a pris la fuite par peur des conséquences s’il se faisait pincer. Et s’il banalisait à l’époque l’alcool au volant, il jure que ce n’est plus le cas.

« Il est maintenant conscientisé quant à l’inadéquation de son comportement et des répercussions de celui-ci », a conclu le juge en refusant de condamner Poirier à deux ans moins un jour de prison comme le demandait la Couronne.

Pas encore rétablie

Amy Labelle, qui n’a que de vagues souvenirs de la collision, a subi plusieurs fractures ainsi qu’une commotion cérébrale qui a affecté son rendement scolaire.

« Sa mémoire demeurera marquée à jamais des blessures qu’elle a subies, a d’ailleurs noté le juge. Au-delà des séquelles subies, la victime éprouve toujours de l’incompréhension face au comportement de l’accusé, notamment pour avoir quitté les lieux alors qu’elle était gravement blessée et gisant au sol. »

« Ça fait deux ans et j’ai encore des séquelles », a pour sa part expliqué la jeune femme vendredi.

C’est d’ailleurs en partie pour cela qu’elle s’est dite « un peu déçue » de la sentence, d’autant plus que Poirier obtiendra sûrement sa libération conditionnelle avant la fin de sa peine.

« Je pensais que de le voir aller en prison allait agir comme une conclusion de l’affaire, mais ce n’était pas si satisfaisant que ça », a commenté l’adolescente.

Mais cela ne l’empêchera pas de continuer d’aller de l’avant et de poursuivre son cheminement, bien au contraire.

« Je suis restée forte, a-t-elle assuré en soulignant le soutien de sa famille dans son épreuve. Et on se console en se disant que ça aurait pu être pire. »

Poirier, un préposé aux bénéficiaires qui n’avait jamais commis d’infraction au Code de la sécurité routière avant son crime, a quant à lui juré qu’il ne boirait plus d’alcool.

Thérapies

Depuis les événements, il a d’ailleurs suivi des thérapies et s’est abondamment excusé à sa victime et à sa famille. Ce sont là des facteurs qui ont poussé le juge à pencher vers la suggestion de la défense, qui proposait neuf mois d’incarcération.

Une fois sa peine de prison terminée, Poirier se verra interdire de conduire pendant 15 mois. Il devra aussi se soumettre à une probation de deux ans pendant laquelle il ne pourra pas toucher à l’alcool.