/news/law

Une peine de 78 mois de prison pour un ex-psychologue

Photo Fotolia

L’ex-psychologue sherbrookois Étienne Lavoie a écopé vendredi d’une peine de 78 mois de détention après avoir plaidé coupable à 17 chefs d’accusation dont plusieurs à caractères sexuels.

• À lire aussi: 15 ans de détention pour avoir poignardé à mort sa victime

• À lire aussi: Enquête parlementaire à haut risque pour Bolsonaro

• À lire aussi: Violence conjugale : un comité recommande de créer une nouvelle infraction

Le juge Conrad Chapdeleine a ainsi donné suite à la suggestion de la Défense et la Couronne, condamnant Étienne Lavoie à 78 mois de détention, dont 58 mois qui seront déduits, soit le double du temps que l’accusé a purgé en détention préventive.

À partir du prononcé de la peine, l’homme de 49 ans devra donc passer deux ans et un jour dans un pénitencier fédéral.

«Je salue le courage et la détermination des victimes», a souligné le juge.

Étienne Lavoie a reconnu sa culpabilité sur 17 chefs d’accusation dont de multiples agressions sexuelles, voies de fait, menace, obtention de services sexuels moyennant une rétribution et publication d’image intime sans consentement.

Une des cinq victimes s’est d’ailleurs directement adressée à lui en salle d’audience, dans l’espoir de lui faire prendre conscience de ses gestes.

«En un an, tu as détruit tout ce qui avait de bon en moi», a lancé cette victime à Étienne Lavoie, qui écoutait en visioconférence à partir de la prison de Sherbrooke. «Personne ne mérite d’être traité de la façon dont on s’est fait traiter [...] J’espère que tu vas avoir pris conscience qu’une femme, ça se respecte.»

Étienne Lavoie demande pardon

L’ex-psychologue a tenu à s’adresser aux victimes présentes en salle d’audience, leur demandant pardon.

«Je reconnais mes actions et j’en suis profondément désolé [...] Je m’excuse. J’espère qu’éventuellement, peut-être, vous allez pouvoir me pardonner», a-t-il déclaré.

Lavoie a profité de sa tribune pour dénoncer les conditions de détention à la prison de Sherbrooke, où aucune aide ni réhabilitation n’est offerte aux détenus pour des crimes à caractères sexuels selon lui.

Il a d’ailleurs manifesté le souhait d’être transféré dès que possible dans un établissement carcéral fédéral pour avoir accès à des programmes de réhabilitation.