/finance/homepage

Des amateurs de F1 toujours en attente de remboursement

Grand Prix

Courtoisie

Si les choses changent au Grand Prix du Canada, dont le promoteur Groupe Octane vient d’être vendu au géant Bell Canada, une constante demeure : des clients n’ont toujours pas été remboursés pour l’édition 2020. 

• À lire aussi: Plus de 160M$ de fonds publics qui bénéficient à Bell

• À lire aussi: Les contribuables tenus dans l’ignorance

• À lire aussi: Nouveau promoteur de la course de F1 à Montréal

Le Journal a déjà rapporté, en décembre, que de nombreux clients à qui Octane, une entreprise privée chargée de l’organisation de la course de F1, avait promis un remboursement n’avaient rien reçu. La date limite pour rendre l’argent était la fin du mois d’octobre dernier, avait dit l’entreprise.

Si quelques-uns de ces clients ont vu leur dossier être réglé depuis, ce n’est pas le cas de Ron Kaine, qui habite à Ottawa et qui cherche depuis 10 mois à se faire rembourser deux billets d’une valeur de près de 1000 $. 

« Je suis déçu de la façon dont agit mon revendeur de billets, mais surtout du promoteur, Octane, qui a vraiment endommagé la réputation de la Formule 1 au Canada. Je suis content de savoir que Bell fait maintenant partie de l’équation, car je ne pense pas que j’aurais revu mon argent sinon », lance-t-il. 

M. Kaine a fait affaire avec Montreal Grand Prix, un revendeur, pour l’achat de ses billets. En décembre, François Dumontier, le grand patron et propriétaire du Groupe Octane, avait indiqué au Journal qu’il n’était pas en mesure de rembourser les revendeurs autorisés pour le moment. 

Dumontier cavalier

Il s’était d’ailleurs montré cavalier à l’endroit des clients comme Ron Kaine. 

« Si les gens ont fait affaire avec un revendeur, c’est leur problème, je ne peux rien faire pour eux », avait-il plaidé. 

Montreal Grand Prix, dans ses communications avec M. Kaine, était pourtant clair : l’agence de voyage et revendeur autorisé par la Formule 1 attendait un remboursement d’Octane avant de pouvoir payer ses propres clients. 

Au moins 10 autres personnes à qui Le Journal a parlé sont dans la même situation que M. Kaine. Ils viennent du Canada, des États-Unis, du Royaume-Uni et d’ailleurs. 

Une pétition

Il existe même une pétition sur le site change.org qui demande à Groupe Octane de rembourser. Près de 300 personnes l’ont signée. 

Il s’agit d’une initiative de Warren Liebmann, un Torontois qui, depuis que certains sites spécialisés ont parlé de sa pétition, a reçu un remboursement de la part de Groupe Octane. « Je suis un des chanceux », a-t-il dit au Journal

M. Liebmann a reçu un courriel de François Dumontier lui-même, en janvier dernier, pour lui annoncer la nouvelle. 

Les signataires de la pétition ont eu moins de chance, semble-t-il. Il y a deux jours encore, des gens y laissaient des commentaires expliquant qu’ils songeaient à intenter une action collective pour récupérer leur argent. 

Ce sera bientôt réglé, assure Bell 

Questionnée à savoir si Bell, nouveau promoteur de la F1 à Montréal, avait l’intention de rembourser tous les clients qui en ont fait la demande pour l’édition 2020, l’entreprise a assuré hier que ce serait le cas. 

« Bell planifiera avec Octane le processus de remboursement pour les détenteurs de billets et les revendeurs dans les semaines à venir », a indiqué Vanessa Damha, porte-parole de Bell.

En attendant, les détenteurs de billets peuvent écrire un courriel à l’adresse grandprix2021@gpcanada.ca et un formulaire de remboursement leur sera envoyé, a-t-elle ajouté. 

Transfert en 2022

Quant à ceux qui ont des billets pour l’édition 2020 et qui avaient choisi de les transférer pour l'événement annulé de 2021, ils pourront à nouveau les transférer pour la course de 2022.

La situation devrait également être réglée sous peu pour les revendeurs autorisés, assure pour sa part Sandrine Garneau-Le Bel, directrice des communications au Groupe Octane.

« [Ils] seront remboursés dans les prochaines semaines au même titre que les détenteurs de billets. Ils seront responsables de faire suivre les remboursements à leurs clients respectifs », indique-t-elle. 

Recours possibles

Toutefois, selon l’Office de la protection du consommateur (OPC), il existe des recours pour ceux qui n’ont toujours pas été remboursés par Octane. 

Puisque la course n’a pas eu lieu, on peut demander l’annulation du contrat d’achat des billets, assure le porte-parole Charles Tanguay, qui ajoute que si Octane ne rembourse pas 15 jours après l’annulation, on peut s’adresser à l’émetteur de sa carte de crédit pour demander une rétrofacturation.

« Il y a une procédure spécifiquement décrite dans la loi, et pour ça, le mieux est d’appeler à l’Office pour parler à un de nos agents et déposer une plainte. On pourra guider et orienter la personne dans les démarches qu’elle devra faire », dit-il. 

L’OPC a reçu 11 plaintes au sujet du Groupe Octane depuis deux ans, dont la dernière date du 28 avril.