/news/coronavirus

EN IMAGES | Des milliers de manifestants contre les mesures sanitaires réunis à Montréal

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dans les rues de Montréal, samedi après-midi, pour protester contre les mesures sanitaires imposées par le gouvernement Legault afin de freiner la propagation de la COVID-19.

Si les policiers ont dû procéder à deux arrestations avant le début de l’événement, la suite de la manifestation s’est déroulée dans le calme et sans débordements. 

Une forte présence policière attendait les manifestants qui se sont réunis sur la rue Sherbrooke Est, près du Stade olympique, en fin d’avant-midi. 

Les personnes qui ont défilé dans les rues désiraient notamment s’opposer aux mesures sanitaires, au port du masque obligatoire et aux mesures imposées aux enfants et adolescents. 

«On va faire comme les autres grippes, c’est tout. On a le droit à notre liberté au Québec justement et partout dans le monde», a déclaré une manifestante rencontrée par TVA Nouvelles. 

«Moi, c’est les mesures sanitaires qui sont injustifiées et moi je pense que les gens ont le droit de choisir de se faire vacciner ou non», a soutenu une autre participante à la manifestation. 

Plusieurs marcheurs ont admis qu’ils sentent que leur liberté a été brimée par les règles sanitaires imposées par le gouvernement Legault depuis le début de la pandémie.

Devant ces démonstrations, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, se dit «préoccupée» dans une publication sur Twitter. 

Constats d’infraction  

«Plus d’une dizaine de constats d’infraction pour non-respect des consignes ont été remis. Somme toute, il s’agit d’une manifestation calme et familiale», a confirmé au «Journal» Manuel Couture, agent relationniste au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Rappelons que les rendez-vous pour la vaccination prévus samedi au Stade olympique ont été «replacés» et «condensés» dans d’autres cliniques en raison de la manifestation.

«On a pris des mesures pour éviter d’être là pendant la manifestation», a indiqué vendredi le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.