/sports/homepage

«Ce n’était qu’une question de temps» pour Cole Caufield

Photo Martin Chevalier

Comme bien des partisans du Canadien de Montréal, l’entraîneur-chef du Rocket de Laval, Joël Bouchard, a été très heureux de voir Cole Caufield marquer son premier but dans la Ligue nationale de hockey (LNH), samedi.

• À lire aussi: Cole Caufield donne la victoire au Canadien

Auteur du filet de la victoire en prolongation dans un gain de 3 à 2 contre les Sénateurs d’Ottawa, Caufield a eu besoin de quatre matchs pour ouvrir le compteur. Il avait toutefois amorcé son parcours professionnel avec le club-école, à Laval, touchant la cible trois fois en deux parties.

Ainsi, Bouchard a eu un avant-goût de ce que le jeune attaquant peut faire, et il n’y avait aucun doute dans son esprit que le premier but allait venir rapidement.

«Tout le monde savait que ce n’était qu’une question de temps, a lancé Bouchard en vidéoconférence dimanche. Il avait des chances de marquer. Il a été ici pour une semaine, nous avons eu une bonne relation. C’est un bon gars et j’ai aimé sa réaction après le but. C’est un jeune homme passionné.»

Mais au-delà du talent, c’est aussi la joie de vivre et la passion de Caufield qui ont marqué Bouchard. Ce dernier avance qu’un tel vent de fraîcheur ne peut être que bénéfique pour un club qui tente de se remettre en marche après un mois d’avril difficile.

«C’est un jeune très aimable. Juste ici, tu voyais que c’est un gars gentil à la base. Il est souriant, il est fin, il traite tout le monde pareil. C’est ce que j’ai beaucoup aimé de lui. Il y a un petit vent de fraîcheur. Des fois, les gars peuvent devenir blasés; c’est très demandant d’être un joueur de la LNH. Il y a des attentes.»

«Même quand ce n’est pas lui qui marque, il a une bonne réaction. Il vit ses premiers moments dans la LNH et je pense qu’il les vit pleinement.»

Sprint final

Fort d’une séquence de cinq victoires et d’une pause de 10 jours sans match, le Rocket amorcera le dernier segment de sa saison mardi contre les Marlies de Toronto, avec la ferme intention de terminer la campagne en force.

Dimanche, les instructeurs ont d’ailleurs tourné leur attention sur le club-école des Maple Leafs de Toronto, qu’ils affronteront six fois en treize jours. Et Bouchard estime que les joueurs ont bien acheté son approche au cours de cette deuxième longue pause de l'année.

«Les gars ont bien réagi, a dit Bouchard. Nous avons espacé les séances d’entraînement pour ne pas passer cinq jours de suite sur la glace. Nous leur avons donné un horaire dans lequel ils pourraient prendre un pas de recul.»

«Le plan était d’amorcer la préparation [dimanche] pour le prochain match. L’ambiance était différente aujourd’hui avec les vidéos. Alors nous revenons à une routine de match un peu plus.»