/news/society

Explosion des demandes d’aide pour trouver un logis

Photo Didier Debusschère

Le nombre de personnes demandant de l’aide pour se trouver un logement d’ici le 1er juillet à Québec a explosé l’an dernier, atteignant un sommet en dix ans, et un nouveau record pourrait bien être battu cette année.

• À lire aussi: Une crise qui traverse la province

• À lire aussi: Des campeurs montréalais menacés d’expulsion

En 2020, 273 demandes d’aide ont été traitées par l’Office municipal d’habitation de Québec (OMHQ) dans le cadre de l’Opération 1er juillet, qui vise à accompagner les personnes cherchant un logement pour éviter qu’ils se retrouvent sans un toit la journée des déménagements. 

« Cette année on s’attend à encore plus [de demandes] », indique Sébastien Olivier, directeur du développement organisationnel à l’OMHQ.  

L’opération, qui se déroule habituellement de la mi-mai à la mi-juillet, avait été devancée au 17 mars l’an dernier dans un contexte de pandémie. « Mais ce qui explique aussi et surtout le fort nombre de demandes reçues en 2020, c’est le faible taux d’inoccupation sur le territoire », indique M. Olivier. Ce taux avait fléchi à 2,4 % pour le marché locatif.  

Projet pilote 

Cette année, l’Office a lancé en janvier le projet pilote RELOGE pour informer et aider ceux qui peinent à trouver un logis sur le marché privé. S’il existait déjà un service de référence, maintenant deux employés peuvent s’y consacrer entièrement, explique M. Olivier. 

« L’équipe n’a pas pour mandat de fournir ou trouver un logement à la place du demandeur, mais plutôt de l’accompagner dans ses démarches, en fonction de ses besoins, vers une solution durable d’habitation. » Depuis janvier 2021, 167 demandes ont été traitées. « 2020, c’était une année record. Déjà, en avoir près de 200 [présentement] c’est beaucoup. On va encore dépasser le nombre de l’année passée », prédit M. Olivier. 

« C’est plus difficile pour les gens de trouver des logements sur le marché locatif à Québec, parce que le marché est tendu, parce qu’il y a la COVID », explique-t-il, mentionnant que la pandémie rend les visites de logement plus ardues.  

Comité logement inquiet 

« Évidemment, la situation est inquiétante. On sent bien que ce sera difficile pour plusieurs locataires dans un contexte où la discrimination est exacerbée et où les loyers augmentent rapidement », commente Jonathan Carmichael, coordonnateur du Bureau d’animation et information logement du Québec métropolitain. 

« On a déjà eu quelques dizaines d’appels de locataires en recherche de logement depuis le début 2021. On les redirige généralement vers le service RELOGE de l’OMHQ, service qui semble assez peu connu. »

La légère hausse du taux d’inoccupation, qui se situe à 2,7 %, ne rassure pas Nicolas Villamarin Bonilla, organisateur communautaire du Comité logement d’aide de Québec Ouest. « Pour ne prendre qu’un exemple, le retour des appartements affichés AirBNB auparavant, considérés plutôt de “luxe”, a fait augmenter l’offre des logements, mais avec un prix de loyer plus élevé », illustre-t-il. 

Un sommet en 10 ans  

Demandes traitées par l’OMHQ dans le cadre de l’Opération 1er juillet:  

  • 2010: 120  
  • 2011: 77  
  • 2012: 96  
  • 2013: 154  
  • 2014: 145  
  • 2015: 61  
  • 2016: 50  
  • 2017: 17  
  • 2018: 39  
  • 2019: 75  
  • 2020: 273  
  • 2021 (en cours): 167   

*en date du 30 avril  

Source : OMHQ